Au Kazakhstan: Diminué, le pape entame son 38e voyage à l’étranger

Publié

Au KazakhstanDiminué, le pape entame son 38e voyage à l’étranger

François participera à un sommet interreligieux à Noursoultan. La guerre en Ukraine devrait constituer l’enjeu majeur de cette visite dans l’ancienne république soviétique.

Le pontife se déplace en fauteuil roulant en raison de douleurs au genou.

Le pontife se déplace en fauteuil roulant en raison de douleurs au genou.

AFP

Promouvoir le dialogue malgré la réalité de la guerre: le pape François, toujours diminué physiquement, s’est envolé mardi, pour une visite de trois jours dans la capitale du Kazakhstan. Jorge Bergoglio, 85 ans, qui se déplace en fauteuil roulant en raison de ses douleurs au genou, participera à un sommet interreligieux à Noursoultan (ex-Astana), en présence d’une centaine de délégations d’environ 50 pays.

Principal absent de ce congrès, le patriarche orthodoxe russe Kirill, proche soutien de Vladimir Poutine, a annulé sa participation sans en préciser la raison. Si le pape a dénoncé une «guerre cruelle et insensée», Kirill, lui, a défendu «l’opération militaire» de Poutine et la lutte contre les «ennemis extérieurs et intérieurs» de la Russie.

«Des mondes religieux et culturels différents»

La guerre en Ukraine devrait pourtant rester l’enjeu majeur de cette visite dans l’ancienne république soviétique frontalière de la Russie. «Au cœur de ce voyage, il ne peut y avoir que le dialogue, la rencontre, la recherche de la paix entre des mondes religieux et culturels différents», a déclaré le directeur du Bureau de presse du Saint-Siège, Matteo Bruni.

Le pape est attendu peu avant 14 h (heure suisse) à Noursoultan, où il prononcera un premier discours devant les autorités et le corps diplomatique. Auparavant, il sera reçu par le président Kassym-Jomart Tokaïev, 69 ans. Allié de Moscou, le dirigeant a refusé de soutenir l’invasion de l’Ukraine, alors qu’une importante communauté russe vit dans le nord du Kazakhstan, faisant craindre le retour d’ambitions impériales de Moscou, dans ces territoires.

Pope Francis (C) boards his plane from a lift designed for the boarding and off boarding of reduced mobility passengers, on September 13, 2022 at Rome's Fiumicino airport, as he departs for a three-day trip to Kazakhstan. - Pope Francis, warned by doctors not to travel to Ukraine in the immediate future, will Tuesday bear a message of peace instead to a tense Central Asia with a three-day trip to Kazakhstan. The Argentine pope, who is forced by knee pain to use a wheelchair and has admitted he must slow down or consider retirement, will take part in an inter-religious summit in the capital, Nur-Sultan. (Photo by Andreas SOLARO / AFP)

AFP

«Dialoguer entre frères»

Ce 38e voyage à l’étranger depuis son élection en 2013 «sera l’occasion (…) de dialoguer en frères, animés par le désir commun de paix, paix dont notre monde a soif», a déclaré dimanche le souverain pontife. Mercredi, il s’exprimera lors de l’ouverture de la session plénière du septième Congrès des religions mondiales et traditionnelles, avant de célébrer une messe dans l’après-midi.

Une centaine de délégations de 50 pays participent à ce Congrès durant deux jours. Hasard du calendrier, le président chinois Xi Jinping se trouvera à Noursoultan au même moment mais aucune rencontre avec le pape n’a été annoncée jusqu’ici. Le Saint-Siège cherche pourtant à renouveler un accord signé en 2018 avec Pékin.

Plus grand pays d’Asie centrale, le Kazakhstan compte 18,7 millions d’habitants dont 70% de musulmans sunnites et 26% de chrétiens mais moins de 1% de catholiques. Après son arrivée au pouvoir, Tokaïev a entamé une série de réformes mais le pays a été secoué, début 2022, par des émeutes meurtrières qui ont brisé son image de stabilité.

(AFP)

Ton opinion

1 commentaire