Pour les femmes - Dior adapte sa mode en «temps de guerre»
Publié

Pour les femmesDior adapte sa mode en «temps de guerre»

La collection féminine innovante de Dior, présentée mardi à Paris, apporte «une protection» qu’on cherche en temps de guerre.

Des corsets airbag posés sur des tailleurs, des gants hauts de motard avec une robe habillée, des vestes rembourrées et chauffantes.

Des corsets airbag posés sur des tailleurs, des gants hauts de motard avec une robe habillée, des vestes rembourrées et chauffantes.

AFP

Des corsets airbag posés sur des tailleurs, des gants hauts de motard avec une robe habillée, des vestes rembourrées et chauffantes: la collection féminine innovante de Dior, présentée mardi lors de la semaine parisienne du prêt-à-porter, apporte «une protection» qu’on cherche en temps de guerre. Au moment où les missiles russes s’abattent sur des villes ukrainiennes, la collection, conçue ces derniers mois et censée repousser les limites du «sportswear» de luxe, se prête à une lecture différente.

«Il y a beaucoup de réflexion, comment, par ces temps difficiles, associer la beauté, l’esthétique et la protection», déclare à l’AFP Maria Grazia Chiuri, directrice artistique des collections femme de Dior. «Le vêtement en soi représente une idée de protection, c’est notre première maison, cela nous rassure. Cet aspect est très présent dans ce que je fais, de la protection émotionnelle à la protection au sens propre du terme», ajoute-t-elle.

Plus de femmes, moins de guerres

La guerre en Ukraine «est beaucoup plus proche de nous. Mais le monde était déjà en guerre, le Covid c’était une autre guerre d’une certaine manière, nous avons vécu des mois extrêmement difficiles». Le contexte pousse «la mode à se confronter à la technologie pour la rendre plus fonctionnelle pour la femme, pour le corps», souligne la créatrice.

En entrant au défilé baptisé «Ere suivante» dans le Jardin des Tuileries, on passe par l’oeuvre éponyme de l’artiste italienne Mariella Bettineschi, qui repeint des portraits féminins du XVIe au XIXe siècles en découpant et dédoublant les yeux des femmes. La Dame à l’hermine de Léonard de Vinci avec quatre yeux accueille ainsi les invités à l’entrée du pavillon, symbolisant une relecture féministe de l’histoire de l’art et le regard nouveau qui change la perception des choses.

Des visages féminins familiers, tirés de grands tableaux mais aux yeux dédoublés, observent le défilé depuis les murs bordeaux recouverts de ces portraits. Connue pour ses prises de position féministes, Maria Grazia Chiuri y voit un message anti-guerre. «Le problème est culturel et patriarcal. Il faut qu’il y ait plus de femmes aux postes décisifs (...) Il y aurait moins de guerres, les femmes ne veulent pas de guerres», souligne-t-elle.

Veste bar, symbole détourné

En terme de design, c’est la veste bar, pièce phare ultraféminine du New Look d’après-guerre de Christian Dior, que Maria Grazia Chiuri transforme de façon la plus radicale. Rembourrée au niveau des hanches ou chauffante avec des circuits qui peuvent transmettre chaleur et lumière, la veste aux formes voluptueuses et hypersexualisées, devient une pièce fonctionnelle futuriste. «Je voulais la décomposer et la recomposer avec une autre lexique», explique la créatrice.

La collection est faite en collaboration avec la start-up italienne D-Air lab qui fait des équipements pour les motards. Une veste bar réinvente le modèle originel avec une maille rappelant la grisaille, capable de prendre l’empreinte du corps, une autre présente un système chauffant sophistiqué au niveau du dos pour travailler dans des conditions climatiques extrêmes ou conquérir l’Himalaya...

Les escarpins brodés à bout carré réalisés en collaboration avec Roger Vivier sont rehaussées par un empiècement en tissu technique autour de la cheville, évoquant les bandes de protection. D’épaisses bottes noires de style militaire sont une pièce à choisir pour la femme Dior de l’ère à venir.

(AFP)

Ton opinion

3 commentaires