En France – Diplomate violeur arrêté vingt ans après son crime

Publié

En FranceDiplomate violeur arrêté vingt ans après son crime

La police a mis la main sur un Syrien en cavale depuis quinze ans, mardi à Versailles en France, pour des faits qui datent de 1997.

Les faits reprochés au diplomate se sont produits en 1997.

Les faits reprochés au diplomate se sont produits en 1997.

Les faits remontent à 1997. Le 7 mai, un représentant de la Syrie auprès de l'ONU à Genève a rencontré une sexagénaire aux Bains des Pâquis, une installation de bains publics sur le lac Léman. En la raccompagnant après un dîner, l'homme marié de 39 ans s'est introduit chez elle de force. Ont suivi cinq heures de torture: le Syrien a frappé et bâillonné sa victime. Il l'a brûlée aux seins, au sexe et aux pieds avec une cigarette. L'a violée avec des bouteilles puis avec sa verge.

L'homme s'est évanoui dans la nature après les faits et a quitté la Suisse, annulant ainsi son immunité diplomatique. Son crime ne restera finalement pas impuni. Il a été localisé il y a moins d'une semaine à Versailles en France par la police genevoise, puis arrêté mardi.

A l'air libre pour 100 000 francs

Le diplomate avait été retrouvé en Allemagne une première fois, en 1999. Après 8 mois de préventive à Genève, il avait été libéré contre 100 000 francs (92 000 euros) de caution et en avait profité pour fuir dans son pays. En 2001, absent de son procès, il avait été condamné à 13 ans de prison pour viol et contrainte sexuelle avec cruauté. «Il était activement recherché depuis, mais il faut dire qu'il avait pris le soin de bien disparaître», indique Vincent Derouand, du Ministère public.

Le Syrien résidait à Versailles sous une nouvelle identité, avec le statut de réfugié politique. Il sera extradé en Suisse afin de purger sa peine, qui reste la même. Me Lorella Bertani, qui défend la victime, assure que sa cliente ressent «un immense soulagement, même si cette arrestation l'oblige à se rappeler d'événements qu'elle voudrait oublier». La police genevoise recherche environ 4 500 personnes en fuite. Au mois de mai, elle a mis en place le Groupe fugitifs. C'est cette cellule spéciale composée de cinq agents qui est parvenue à localiser le diplomate syrien. Durant ses trois premiers mois d'existence, la brigade a permis l'arrestation à l'étranger de quatre gros délinquants dont deux violeurs, et a interpellé à Genève quinze hommes recherchés pour des délits divers.

(L'essentiel avec Marine Guillain)

Ton opinion