Festival musical – Dix jours de jazz et autres «pulsations» à Nancy

Publié

Festival musicalDix jours de jazz et autres «pulsations» à Nancy

NANCY - La 42e édition du Nancy Jazz Pulsations (NJP) débute mercredi et pour dix jours, avec des têtes d'affiche du jazz et des musiques actuelles.

À partir du 7 et jusqu'au 17 octobre, le festival Nancy Jazz Pulsations (NJP) se déroule dans une dizaine de lieux à Nancy (et de nombreuses délocalisations dans la région) pour une centaine de concerts. Outre le jazz, avec en vedette le pianiste Brad Melhdau, le trompettiste Ibrahim Maalouf ou l'étonnant Avishai Cohen trio, le festival sera aussi dominé cette année par l'électro, le blues, le rock, le reggae, le gospel et la chanson française.

Le NJP est «un festival de diversité où toutes les musiques essayent d'être représentées», déclare son directeur artistique, Patrick Kader. Il met en avant «une écoute sans œillères» et affirme qu'il faut «redécouvrir la mixité musicale», comme dans les années 60 et 70, où des musiques différentes partageaient les mêmes scènes de festival.

32 000 spectateurs payants

Jean-Louis Murat, Cerrone, Sinsémilia, Otis Taylor, Pink Martini, Yael Naim, Maceo Parker, Marcus Miller, Yuri Buenaventura ou Ibeyi sont attendus, sans oublier une soirée de jazz manouche, toujours très prisé par le public nancéien. Une autre soirée, réunissant sous le grand chapiteau du parc de la Pépinière les valeurs montantes Jeanne Added, Izia et The Do, devrait afficher complet.

«L'édition 2015 s'annonce vivante et prometteuse», affirme Patrick Kader, depuis 35 ans à la tête du festival, soulignant qu'il veut chaque année «renouveler» la programmation et poser «des passerelles» entre les styles de musique. Le festival, doté d'un budget d'1,9 million d'euros, attend cette année 32 000 spectateurs payants, et entre 60 000 et 70 000 pour les autres programmes annexes. De nombreuses manifestations, expositions, animations, concerts et «apéros jazz» gratuits viendront compléter le programme, y compris à destination du jeune public, dans des dizaines de lieux de la cité des ducs de Lorraine.

(NC/L'essentiel/AFP)

Ton opinion