Football: Domenico Tedesco nommé sélectionneur d'une Belgique dans le doute

Publié

FootballDomenico Tedesco nommé sélectionneur d'une Belgique dans le doute

L'entraîneur italo-allemand au palmarès modeste s'est vu confier mercredi la tête d'une sélection de Belgique en plein doute depuis son Mondial-2022 raté au Qatar.

Leipzig's Italian-German head coach Domenico Tedesco gestures prior to the German first division Bundesliga football match between VfB Stuttgart and RB Leipzig in Stuttgart, southwestern Germany on August 7, 2022. (Photo by Thomas KIENZLE / AFP) / DFL REGULATIONS PROHIBIT ANY USE OF PHOTOGRAPHS AS IMAGE SEQUENCES AND/OR QUASI-VIDEO

AFP

Domenico Tedesco succède à la tête des Diables rouges à l'Espagnol Roberto Martinez, qui avait présidé aux destinées d'une «génération dorée», celle des De Bruyne, Lukaku, Courtois et autres Hazard, la conduisant à la troisième place du Mondial-2018 mais sans jamais emporter de titre. Son successeur, âgé de 37 ans, était annoncé depuis plusieurs jours après une valse de noms autrement plus ronflants. Il sera épaulé par l'ancien milieu d'Anderlecht et des Diables Rouges, Franky Vercauteren, nommé directeur du football.

Il s'est engagé jusqu'à l'Euro-2024 en Allemagne, a précisé la fédération belge (RBFA). Ce choix de l'ancien entraîneur de Schalke 04, du Spartak Moscou et du RB Leipzig met fin à une longue attente. En fin de contrat, Martinez, désormais en charge du Portugal, n'avait pas été prolongé après l'élimination calamiteuse des Belges au premier tour du Mondial-2022 le 1er décembre, terminée dans une ambiance délétère au sein du vestiaire.

Il aura donc fallu deux mois à la RBFA pour désigner un sélectionneur alors que les Diables Rouges entament les qualifications à l'Euro-2024 le 24 mars contre la Suède. Tour à tour, les noms de Henry (poussé par des joueurs mais finalement jamais candidat), Van Gaal mais aussi du Néerlandais Peter Bosz, du Belge Michel Preud'homme, du Français Claude Puel, de l'Allemand Joachim Löw ou du Portugais André Villa-Boas ont été cités. En vain.

Une Coupe d'Allemagne au palmarès

Le choix s'est donc porté sur un quasi inconnu au plat pays. Le CV de Tedesco est en effet vierge à l'international. Il devra tout rebâtir, et faire sans Eden Hazard qui a annoncé sa retraite internationale. Sans passé de joueur, le natif de Rossano, en Calabre, débarqué en Allemagne à l'âge de deux ans, a fait ses premières armes sur un banc il y a six ans en D2 allemande à Erzgebirge Aue qu'il a sauvé d'une relégation annoncée.

Il mène ensuite Schalke 04 à la deuxième place de la Bundesliga au printemps 2018 avant d'être remercié quelques mois plus tard après un affront en Ligue des champions face à Manchester City (0-7). Son passage à Moscou est un succès avec une deuxième place au terme de la saison 2020-2021 avant un retour en Allemagne, à Leipzig, avec qui il remporte la Coupe au printemps 2022 mais débute la saison suivant par un licenciement dès le mois de septembre.

Accueilli froidement

La nomination de Tedesco a de quoi surprendre dans la mesure où son profil ne correspond pas pleinement aux critères recherchés par la RBFA. Méthode inhabituelle dans le football international, la RBFA avait publié une petite annonce en décembre, en quête d'un candidat doté «d'une expérience internationale (tout en étant) un ''serial winner'' avec une expérience dans la gestion des joueurs du top mondial et sachant comment remporter des trophées dans des compétitions de renommée mondiale».

Pas vraiment le portrait-robot de l'heureux élu qui a tout de même séduit le groupe de travail de la Fédération chargé de dénicher la perle rare. Tedesco est un polyglotte accompli (italien, allemand, russe, anglais, français, espagnol), étudiant brillant (il est diplômé en génie industriel) et amateur de datas (ce qui lui vaut le surnom de «laptop coach»). Il est diplômé de la Hennes-Weisweiler-Akademie dont il a fini major de sa promotion devant Julian Nagelsmann, l'actuel entraîneur du Bayern.

Mercredi, la presse et les observateurs accueillaient froidement l'arrivé de ce jeune loup aux commandes de la sélection. À l'image de l'ancien sélectionneur Marc Wilmots, pour qui Tedesco est «un entraîneur/ordinateur avec un costume et un laptop». «C'est un entraîneur de club. Sélectionneur ce n'est pas la même chose. Il n'aura pas le temps de préparer ses matches comme en club», avertit Wilmots, dont le passage à la tête des Diables (2012-2016) n'avait pas été un franc succès…

(AFP)

Ton opinion

3 commentaires