Basket - NBA – Donald Trump se dispute avec les stars de la NBA

Publié

Basket - NBADonald Trump se dispute avec les stars de la NBA

Stephen Curry hésitait à aller à la Maison Blanche. Alors le président américain a arrosé large avec un tweet et un discours. Encore.

Donald Trump s'en est pris aux sportifs de son pays.

Donald Trump s'en est pris aux sportifs de son pays.

Brynn Anderson

C'est une tradition établie aux États-Unis. Les gagnants des compétitions majeures s'en vont quelques mois plus tard offrir un maillot de leur franchise au président en exercice. Barack Obama a ainsi toute une collection de maillots de NBA (basketball), NHL (hockey), MLB (baseball), NFL (football américain) et même de MLS (football). Mais ça, c'était avant que Donald Trump ne prenne ses quartiers au 1660, Pennsylvania Avenue...

Car depuis que le milliardaire new-yorkais a été élu au poste de «chef du monde libre», les plus grandes stars y réfléchissent à deux fois avant d'aller se faire féliciter par le président américain. Stephen Curry, la superstar des Golden State Warriors, a notamment indiqué qu'il allait prendre le temps de la réflexion avant de s'y rendre. Avant lui, c'est son coéquipier Kevin Durant qui a choisi de boycotter le voyage. Et c'est peu dire que Trump n'a pas aimé la chose.

Dans une saillie dont il est coutumier sur Twitter, le 45e président de l'histoire des USA a tout simplement retiré l'invitation habituelle aux champions en titre de la NBA. «Venir à la Maison Blanche est considéré comme un grand honneur pour les équipes gagnantes d'un trophée. Puisque Stephen Curry est hésitant, et bien l'invitation est annulée», a balancé le Républicain de 71 ans.

Autant dire que ce tweet a fait jaser en Amérique du nord. LeBron James, triple champion de NBA et qui a ainsi fait trois fois le voyage dans le District de Columbia, a répondu de manière véhémente à son président: «Espèce de clochard, Stephen Curry avait déjà dit qu'il ne viendrait pas! Du coup, il n'y avait pas d'invitation. Venir à la Maison Blanche était un honneur jusqu'à ce que vous y soyez!»

Ce tweet de Donald Trump n'est pas son seul «fait d'arme» concernant le sport ces derniers temps. Vendredi, dans un discours prononcé dans l'Alabama, le président américain avait plus que violemment fustigé les joueurs de la NFL qui mettaient un genou à terre en guise de protestation contre la condition des Noirs lors de l'hymne national d'avant-match: «Quand quelqu'un manque de respect à notre drapeau, n'aimeriez-vous pas voir un de ces propriétaires de club lui dire: 'Dégagez-moi ce fils de p*** du terrain illico?'» A part un pilote de Nascar, on voit mal qui, désormais, ira lui serrer la main à Washington...

(L'essentiel/rca)

Ton opinion