Grande-Bretagne – DSK n'est pas le bienvenu à Cambridge

Publié

Grande-BretagneDSK n'est pas le bienvenu à Cambridge

Pétition, manifestation, graffitis vengeurs et arrestations: la conférence vendredi soir de DSK sur l'économie mondiale fait des vagues à la prestigieuse université de Cambridge.

Douglas Wigdor, l'avocat de Nafissatou Diallo, a été invité par la section femmes du syndicat CUSU (Cambridge university student's Union) pour protester contre la venue de DSK.

Douglas Wigdor, l'avocat de Nafissatou Diallo, a été invité par la section femmes du syndicat CUSU (Cambridge university student's Union) pour protester contre la venue de DSK.

AFP

L'ancien patron du FMI est invité par la «Cambridge Union Society», l'association estudiantine de l'université, à exposer ses vues sur «l'état de l'économie mondiale». Dès le petit matin vendredi, les murs de l'association ont été couverts de graffitis aux slogans vengeurs tels «DSK à mort», ou «les femmes méritent mieux que cela». Un homme de 20 ans et une femme de 21 ans ont été arrêtés sur les lieux, selon la police. Est-ce l'impact de la polémique? La conférence prévue à 19H30 GMT doit faire salle comble, et les tickets ont été tirés au sort à cause de l'affluence.

L'avocat de Nafissatou Dialo invité

L'invitation a été vivement critiquée par la section femmes du syndicat CUSU (Cambridge university student's Union), qui a lancé une pétition - forte de plusieurs centaines de signatures - et décidé d'organiser une contre-réunion et une manifestation. La section femmes a invité l'avocat de Nafissatou Diallo, la femme de chambre qui accuse Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle. Douglas H. Wigdor doit prendre la parole en début d'après-midi à la faculté de droit de l'université. Il «va évoquer son cas et la façon dont le système judiciaire désavantage systématiquement les femmes et les immigrants», a annoncé le CUSU dans un communiqué.

«Je me réjouis de pouvoir partager mes vues sur l'agression sexuelle de Mme Diallo par Strauss-Kahn, son impact sur les autres victimes d'agressions sexuelles et les derniers développements de cette affaire», a déclaré l'avocat dans le communiqué.
«Offrir à DSK une tribune pour parler d'économie, en ignorant les investigations en cours (...) revient à mettre de côté ces questions et contribue à nourrir la culture du silence et de la honte qui entoure le viol», a dénoncé la section femmes du syndicat.

DSK comme le Dalai Lama et Le Pen

«Grande figure du FMI», DSK «a des connaissances exceptionnelles dans son domaine. C'est la raison pour laquelle nous l'avons invité», a répondu la Cambridge Union Society. «Nous ne retirerons pas notre invitation», a souligné l'association, qui a invité dans le passé le Dalai Lama et le leader d'extrême-droite français Jean-Marie Le Pen, et rappelle que «s'exprimer devant l'association n'implique pas une quelconque approbation ou un quelconque soutien».

Les charges pénales contre DSK, accusé d'agression sexuelle par Nafissatou Diallo, femme de chambre à l'hôtel Sofitel de New York, ont été abandonnées. Mais l'ex-patron du FMI, 62 ans, contraint à la démission à cause de cette affaire, a été rattrapé par un autre dossier, dit «du Carlton», en France. Il doit être convoqué le 28 mars par la justice française pour être inculpé, notamment de complicité de proxénétisme, selon une source judiciaire.

Il aurait pris part à des soirées érotiques et l'enquête tente de déterminer s'il savait que les femmes qui y participaient étaient des prostituées.

Ton opinion