Concert à l'Atelier – Du Cake, des tubes et... un arbre

Publié

Concert à l'AtelierDu Cake, des tubes et... un arbre

LUXEMBOURG - Vendredi, le public de l'Atelier a eu droit à du Cake, et rien que du Cake. Le quintette californien a joué devant une salle comble.

John McCrea a ressorti les petits instruments qui cliquettent dans le son de Cake.

John McCrea a ressorti les petits instruments qui cliquettent dans le son de Cake.

Editpress

«Non vous n'avez pas raté le groupe d'ouverture par inadvertance. La première partie… c'est nous», annonçait John McCrea, leader de Cake. La seconde aussi. Vendredi, le concert aura duré deux heures plus quinze minutes d'entracte. Le quintette californien se sera occupé de toute la musique et plus. Au grand bonheur des trentenaires qui avaient acheté tous les billets. Et se seront trémoussés sur un son légèrement offbeat remontant aux années 90.

Cake est monté sur scène après une intro préenregistrée que n'aurait pas reniée le groupe Europe. Dans le public, Jamie est reparti à Düsseldorf avec… un arbre. Et la consigne de le planter où bon lui semble tant qu'il en envoie des photos régulièrement. Tout était à l'avenant. On ne peut pas reprocher à John McCrea de ne pas communiquer. D'ailleurs, il parle beaucoup. Avec le même débit énergique et monocorde qu'il utilise pour chanter. Et un humour sarcastique et engagé. Il jouera aussi les joyeux organisateurs en dirigeant les spectateurs au chant.

Car il y aura quand même eu de la musique. Toute la batterie des tubes intemporels: «Frank Sinatra», «Sheeps Go to Heaven», «Stickshifts and Safetybelts»… Comme des morceaux tirés du nouvel album «Showroom of Compassion» qui a cartonné. Le rock alternatif, mâtiné de folk comme de funk, de Cake a bien vieilli. Même si, à part un ou deux délires, l'interprétation a peu dévié des albums, le rendu était efficace. Les cordes et les percus appuyées, le jonglage incessant de Vincent DiFiore avec trompette, clavier, maracas… ont fait pulser la soirée.

Lors du rappel, Cake entamera les premières notes du classique «The Distance» puis feindra de changer d'avis. Car John McCrea est taquin. Cela ne manquera pas de provoquer les protestations du public. Le quintette tirera sa révérence sur sa fameuse reprise de «I Will Survive».

Séverine Goffin

Ton opinion