Thérapie en France – Du grindcore pour apaiser les patients
Publié

Thérapie en FranceDu grindcore pour apaiser les patients

Des concerts de musique extrême sont organisés par un infirmier d’un institut psychiatrique de Bourg-en-Bresse, en France.

À première vue, ce pourrait être un traitement de choc. Faux. Des concerts de musique brute et violente ont des vertus thérapeutiques selon Vivian Grezzini, infirmier et instigateur des live de noise et de grindcore dans un hôpital psychiatrique de Bourg-en-Bresse. Ces spectacles sont utilisés comme «outils d’observation et de soin», explique le Français de 25 ans dans Libération Next.

Depuis juin 2011, 36 prestations ont eu lieu, dont celles du Chilien 886 VG, du Serbe Nundata ou du duo japonais Sete Star Sept. «Nous n’observons pas de réactions agressives ou anxieuses. Des patients s’endorment, d’autres dansent». Vivian Grezzini affirme que les malades sont «apaisés» après les concerts. La démarche de l’infirmier également fondateur d’un label underground est soutenue par le médecin chef de l’hôpital: «Grâce à lui, l’expérience est pérenne».

Les groupes ne rechignent pas à jouer devant un public aussi particulier. La seule condition imposée par Grezzini est de ne surtout pas édulcorer le set pour les patients. «Car ça doit rester brut et sincère». Un festival, le troisième, sera monté dans les murs de l’établissement en septembre.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion