Lunex - épisode 5 – Du sport à l'extérieur malgré l'allergie au pollen

Publié

Lunex - épisode 5Du sport à l'extérieur malgré l'allergie au pollen

LUXEMBOURG - Voici quelques conseils pour pouvoir continuer la pratique du sport dehors pour les personnes allergiques au pollen.

Les personnes allergiques au pollen sont invitées à suivre quelques recommandations.

Les personnes allergiques au pollen sont invitées à suivre quelques recommandations.

DPA

Les jours rallongent, le printemps invite à faire du sport en nature. Pour beaucoup, le plein air se transforme cependant vite en supplice: le nez qui coule, les yeux qui pleurent, la fatigue qui augmente,... Maintenant que la météo est enfin meilleure, beaucoup de personnes sont atteintes par le rhume des foins. Est-il alors tout de même indiqué de faire du sport en plein air?

OUI, car s’entrainer en extérieur est particulièrement efficace pour se déstresser et faire le plein d’énergie après les jours froids et sombres de l’hiver. Consulter son médecin traitant est néanmoins important.

Mode d’emploi pour faire du sport en extérieur dans les meilleures conditions, et ce malgré les allergies aux pollens:

Se renseigner auprès des services de surveillance aérobiologique (par exemple sur Internet ou via une application) et ne pas s’entraîner lorsqu’il y a des pics de pollens.
S'entrainer plutôt sur de grandes pelouses lorsque les arbres fleurissent et en forêt lors de la floraison des graminées.
Planifier l‘entraînement idéalement avant 8h ou après 20h, la concentration de pollens dans l’air y est plus faible. S’entrainer après une averse est optimal puisque les pollens ne sont plus en suspension dans l’air.
Rincez-vous les cheveux et lavez vos vêtements de sport le plus rapidement possible après l’entraînement. Les douches nasales sont aussi très utiles.
Des crèmes spéciales, prescrites par le médecin, peuvent aider à protéger les muqueuses nasales.
Une récente étude finlandaise montre des résultats très prometteurs. Les participants à l’étude ayant porté un filtre nasal afin de se protéger des pollens, et sans pour autant entraver la respiration, n’en ont presque pas souffert.

(Christina Lutz/Lunex/L'essentiel)

Sur l'auteur Christina Lutz

À la LUNEX University, la «Faculty of Health», Christina Lutz est chercheuse dans les domaines «Science du sport et du mouvement» et «kinésithérapie». De plus, elle travaille à un projet de recherche sur le thème de l’éducation sportive des patients atteints de sclérose en plaque dans le cadre de son Doctorat à l’Université de Sarre et à l’Université Fresenius de Idstein.

Ton opinion