Pétitions au Luxembourg – «Durant la crise, les gens ont eu besoin du Parlement»
Publié

Pétitions au Luxembourg«Durant la crise, les gens ont eu besoin du Parlement»

LUXEMBOURG - Nancy Arendt, présidente de la commission des pétitions à la Chambre des députés, a fait le bilan d'une «année record», marquée par un mois d'avril historique.

Nancy Arendt a fait le bilan de la commission des pétitions.

Nancy Arendt a fait le bilan de la commission des pétitions.

Editpress/Fabrizio Pizzolante

Malgré une année particulière marquée par la crise du Covid-19, le système des pétitions n'a jamais été aussi dynamique avec 299 demandes de pétitions publiques pour 188 déclarées recevables, et 26 pétitions ordinaires pour 16 déclarées recevables. «C'est une année historique, une année record même», a commenté la présidente de la commission des pétitions, Nancy Arendt.

Sept ont ou vont aboutir à un débat public. Les débats sur la 5G et sur le droit au télétravail se dérouleront à la rentrée. Ceux sur la gratuité des transports pour les personnes à mobilité réduite, sur la carafe d'eau dans les restaurants, sur la baisse d'impôt pour les célibataires, sur la prime pour les soignants et sur la réouverture des écoles en septembre dans le contexte du Covid-19, ont déjà eu lieu.

En pleine crise du coronavirus, le mois d'avril a été marqué par un record du nombre de pétitions déposées (plus de 40). «Les personnes avaient plus de temps, mais également davantage de soucis. Cela montre que les gens ont besoin de relations avec le Parlement dans un contexte difficile», explique la député CSV.

«Des avancées concrètes»

D'aucuns s'interrogent sur la pertinence des débats public, l'aboutissement législatif n'étant que rarement flagrant depuis la mise en place du système en 2014. Pas Nancy Arendt, qui a remarqué «des avancées concrètes» sur certains sujets grâce aux pétitions. Même quand elles n'atteignent pas la barre des 4 500 signatures indispensables pour un débat à la Chambre.

«Le ministre a par exemple fait évoluer sa position sur plusieurs points sur l'accès aux transports pour les handicapés. Concernant la prime aux soignants, les discussions ont permis de constater des manques en termes de formation», détaille Nancy Arendt, qui veut encourager les initiatives en la matière.

«Que les personnes qui ont envie de lancer une pétition n'hésitent pas à se battre pour leurs convictions. Nous serons toujours disponibles pour les conseiller», conclut-elle.

(Thomas Holzer/L'essentiel)

Ton opinion