Son médecin parle – «Dutroux est une victime»

Publié

Son médecin parle«Dutroux est une victime»

Le Dr Michel Matagne va sortir un livre dans lequel il tente d’expliquer les gestes du pédophile belge. Un ouvrage dans lequel le médecin dévoile certains aspects de la vie du criminel…

«Je n’ai jamais vu un garçon avec autant de circonstances atténuantes», a indiqué le médecin de Marc Dutroux. (AFP)

«Je n’ai jamais vu un garçon avec autant de circonstances atténuantes», a indiqué le médecin de Marc Dutroux. (AFP)

«J’ai fait dix cours d’assises, je n’ai jamais vu un garçon avec autant de circonstances atténuantes», confie le docteur Michel Matagne, dans une interview à nos confrères de Sudpresse. «Ses parents, qui l’ont rejeté, battu, frappé avec des bâtons de bambou, tenu par les pieds au-dessus d’un pont, enfermé dans le grenier, humilié,… l’ont fabriqué pour qu’il devienne comme ça».

«Si on ne cherche pas les racines de l’affaire Dutroux, on passe à côté de tout. Et d’autres Dutroux feront des dégâts. Savez-vous que jusqu’à l’âge de 4 ans, il n’a eu ni câlin ni bisou», indique le praticien. «Pour moi, Dutroux est une victime. Il ne joue pas à la victime. Il EST victime. Dans une famille normale, il serait devenu un gars bien», explique Michel Matagne, qu sortira un livre dans le courant de l'année intitulé «Affaire Dutroux, enfin la vérité».

«Il me téléphone parfois trois fois par semaine»

Le médecin connait le pédophile meurtrier depuis 15 ans et indique le voir deux fois par an - «la dernière fois, c’était il y a 5 ou 6 mois» - et l’avoir au téléphone de temps en temps, «parfois trois fois par semaine. Puis il ne me donne plus de nouvelles pendant quatre mois».

Condamné à la prison à perpétuité en 2004, assortie d'une mise à disposition du gouvernement de 10 ans, pour association de malfaiteurs, séquestration d'enfants, viols avec torture et assassinats, Marc Dutroux sera potentiellement libérable à compter du 30 avril 2013. Le 4 février prochain, il déposera une nouvelle demande de liberté conditionnelle.

(L'essentiel Online)

Ton opinion