Objectifs européens – Economiser 30% de l'énergie d'ici à 2030
Publié

Objectifs européensÉconomiser 30% de l'énergie d'ici à 2030

La Commission européenne a complété mercredi le plan d'action de l'UE contre le réchauffement climatique en fixant un objectif strict à réaliser d'ici moins de 20 ans.

Connie Hedegaard, commissaire européenne au Climat, s'est dit très satisfaite de ces objectifs européens.

Connie Hedegaard, commissaire européenne au Climat, s'est dit très satisfaite de ces objectifs européens.

AFP

«C'est une très bonne nouvelle pour le climat. C'est également une bonne nouvelle pour les investisseurs et une très bonne nouvelle pour la sécurité énergétique de l'Europe et son indépendance. Ce qui signifie que ce n'est pas une bonne nouvelle pour Poutine», a commenté la commissaire au Climat, Connie Hedegaard, très satisfaite de ce résultat emporté de haute lutte face au commissaire à l'Énergie, Günther Oettinger. Le paquet climat proposé à l'UE pour 2030 est désormais complet avec trois objectifs: réduction de 40% des gaz à effets de serre, part des énergies renouvelables portée à 27% de la consommation et 30% d'économies d'énergie.

Il reviendra aux dirigeants des États membres de décider du caractère contraignant ou non de l'objectif pour l'efficacité énergétique au cours de leur sommet en octobre. «L'unanimité est requise» pour l'approbation de ce paquet, a insisté M. Oettinger. Le commissaire a souligné que les États sont encore très divisés, car certains ne veulent pas d'autre objectif que celui de la réduction des émissions des gaz à effet de serre. L'objectif de 30% était défendu par Connie Hedegaard. Elle s'opposait au président de la Commission, José Manuel Barroso, et à Günther Oettinger, partisans d'un effort moindre pour éviter de braquer les États membres, inquiets face aux montants des investissements nécessaires pour réaliser ces économies d'énergie.

Objectifs insuffisants selon les organisations écologistes

Elle a reçu le soutien du prochain président de la Commission, Jean-Claude Juncker, qui a réclamé «un objectif de 30% en efficacité énergétique à l'horizon 2030» lors de son discours au Parlement européen la semaine dernière. La différence de 5% entre l'objectif initial de 25% et les 30% proposés mercredi représente une réduction de 11,5% des importations de gaz de l'UE. Les achats de gaz à la Russie couvrent 25% des besoins des pays de l'UE, pour une facture totale de 35 milliards d'euros en 2013, soit 3 milliards par mois, selon la Commission. L'UE s'est fixé trois objectifs pour 2020: réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 20% par rapport aux niveaux de 1990, porter à 20% la part des renouvelables dans la consommation d'énergie et réaliser 20% d'économies. Tous trois sont pratiquement réalisés.

Les trois nouveaux objectifs pour 2030 représentent la contribution de l'UE en vue du sommet mondial sur le Climat qui sera organisé en décembre 2015 à Paris. Ils sont jugés insuffisants par les organisations écologistes. «C'est un cadeau pour les oligarques», a dénoncé Greenpeace. «L'Europe peut mieux faire», soutient le Réseau Action Climat France, qui réclame un trio d'objectifs contraignants de 55% pour la réduction des gaz à effet de serre, 45% pour la part des renouvelables et une réduction de la consommation d'énergie de 40%. Les Verts au Parlement européens ont également déploré un manque d'ambition qui «prolongera la dépendance de l'UE vis-à-vis des importations de combustibles de Russie». «Le Parlement européen et les États doivent modifier cette proposition», a demandé l'organisation Les Amis de la Terre. Une objectif de 40% d'économies d'énergie permettrait de réduire de 40% les importations de gaz de l'UE, contre 22% pour l'objectif de 30% soutient Brook Riley, son représentant à Bruxelles.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion