Contraints et forcés – Ecouter Barroso ou payer 298 euros

Publié

Contraints et forcésÉcouter Barroso ou payer 298 euros

Souvent montrés du doigt pour leur absentéisme, les députés du Parlement européen devront impérativement assister mardi à un discours de José Manuel Barroso sur «l'état de l'Union» européenne, sous peine d'amende.

Les députés européens devront pointer. (AP)

Les députés européens devront pointer. (AP)

Ce dispositif inédit, imaginé à l'occasion du premier «discours sur l'état de l'Union» que le président de la Commission européenne doit prononcer devant les 736 députés réunis en séance plénière à Strasbourg, a été décidé par les présidents de groupes politiques, a précisé le porte-parole. «L'idée est de s'assurer qu'il y ait une présence forte des députés», a-t-il expliqué.

Le discours, prévu le matin, sera ponctué par trois «appels nominaux de présence»: les élus devront utiliser un dispositif électronique individuel pour attester de leur présence. Celui ou celle qui n'aura pas cliqué trois fois correctement, sera soumis à une sanction financière: il ou elle ne percevra pas l'intégralité de son indemnité journalière de présence, fixée à 298 euros par jour. «La proportion exacte de l'indemnité qui pourrait être retenue doit encore être déterminée lors d'une réunion prévue ce soir (lundi)», a ajouté le porte-parole.

Calqué sur le modèle américain

Les prestations orales du président de la Commission ont été faites dans le passé devant des hémicycles jugés parfois trop dégarnis. Cette fois, M. Barroso va en outre innover. Le traité de Lisbonne, censé donner une plus grande visibilité à l'UE, introduit en effet ce «discours sur l'état de l'Union» devant le Parlement européen, sur le modèle de celui que prononce chaque année le président des États-Unis pour présenter son programme aux parlementaires.

«C'est la première fois que nous avons un discours sur l'état de l'Union pour évoquer les priorités et les défis politique pour la période à venir», a souligné la porte-parole de M. Barroso, Pia Ahrenkilde. «Nous espérons bien entendu, étant donné l'importance que nous accordons à cette occasion au fait de débattre de l'avenir de l'Europe, une présence très importante», a-t-elle ajouté. Le même dispositif de pointage s'applique depuis longtemps aux votes des députés européens. Mais c'est la première fois qu'il sera utilisé pour limiter l'absentéisme à l'occasion d'un discours et d'un débat.

lessentiel.lu avec AFP

#poll_in_story input[type=radio] {width:20px !important;} #poll_in_story>table {margin:5px auto !important; width:200px;} #poll_in_story input[type=submit] {width:190px;} #storylayout_breit .fliesstext table {clear:left;}<%= TwentyMinutes::Parsers::Community::Poll::question('8969') %>

Ton opinion