Covid au Luxembourg – Elèves isolés, tests massifs, l’école s'adapte encore
Publié

Covid au LuxembourgÉlèves isolés, tests massifs, l’école s'adapte encore

LUXEMBOURG - Depuis ce lundi, le protocole dans les écoles s’est adapté à la présence du variant Omicron. Tour d’horizon des mesures.

Dès cette semaine, tous les élèves de l'enseignement secondaire pourront passer un test rapide au lycée, trois fois par semaine.

Dès cette semaine, tous les élèves de l'enseignement secondaire pourront passer un test rapide au lycée, trois fois par semaine.

AFP/Ina Fassbender

Le ministre de l’Éducation nationale, Claude Meisch, le confie: «Des adaptations sont nécessaires pour garantir un enseignement en présentiel aussi sûr que possible, malgré Omicron». Alors juste avant le week-end, le gouvernement a adopté une série de neuf mesures appliquées dès ce lundi, dans les établissements du pays.

Point majeur, en cas de test antigénique rapide positif, et ce même sans attendre confirmation par un PCR, la personne - l’élève en l’occurrence - doit s’isoler. Six jours s’il est vacciné et qu’il réalise deux tests négatifs aux 5e et 6e jour. Dix jours si le test au 5e jour reste positif. Si l’élève testé positif n’est pas vacciné, son isolement est automatiquement de dix jours.

Trois tests par semaine au lycée

Les élèves cas contacts, dont les parents ont donné leur consentement, se testeront pour leur part chaque jour pendant une semaine dès leur arrivée en classe. Ainsi que l’enseignant. En revanche, les élèves ni vaccinés, ni rétablis et dont les parents n’auraient pas donné leur consentement, sont placés aussi en quarantaine, pendant sept jours, et doivent être testés au 6e jour après le contact avec la personne positive pour pouvoir revenir en classe.

À partir de cette semaine, tous les élèves de l'enseignement secondaire pourront passer un test rapide au lycée trois fois par semaine, comme c'est déjà le cas depuis fin novembre, à l'école fondamentale et dans les centres de compétences. «La population scolaire fait partie des groupes les plus testés de notre société», rappelle le ministère de l’Éducation nationale, indiquant aussi que «les autotests antigéniques réalisés en contexte scolaire sont considérés comme étant équivalents aux tests rapides antigéniques certifiés et sont valides pendant 24 heures sans pour autant être munis d’un code QR».

Selon le gouvernement, ces mesures et «l’effort collectif» doivent aussi s’accompagner d’un renforcement de la vaccination des 12 à 18 ans, lesquels peuvent maintenant faire une dose de rappel si leur vaccination remonte à plus de 3 mois.

(L'essentiel/sl)

Ton opinion