Concert – Eli a bien retenu les leçons des anciens

Publié

ConcertEli a bien retenu les leçons des anciens

ESCH-BELVAL - Eli Paperboy Reed nous a donné une bonne indication de ce qu'étaient les concerts de rhythm and blues à la fin des années 50 et au début des sixties.

Lundi soir, rendez-vous avait été fixé à la Rockhal qui, le temps d'un concert, faisait dans le style «juke joint», ces estaminets des quartiers malfamés des États-Unis. On était peu nombreux - une soixantaine - à voir se déchaîner ce petit blanc aux allures de premier de la classe qui crie comme Johnnie Taylor et implore comme Arthur Conley.

Autrement dit, Eli Paperboy Reed, autodidacte originaire du Massachusetts, chante et joue la soul tout en évoquant ses héros d'antan. Beaucoup l'ont fait avant lui, les puristes du genre diront même que son spectacle n'est qu'un simple et vulgaire plagiat, pourtant, en le voyant suer sur scène mercredi, on ne pouvait s'empêcher de se sentir pris, non seulement par son talent mais par la conviction qu'il injecte dans l'interprétation.

Que ce soit son dernier single, «Come And Get It» ou des titres plus obscurs de précédents albums, comme le détonant «(Doin' The) Boom Boom» avec ses soli endiablés. Son groupe, The True Loves, est parfaitement capable de tenir le public en haleine, pendant qu'Eli souffle en coulisses.

kwt

Ton opinion