Drame à Mont-Saint-Martin: «Elle aimait s'amuser, chanter, je pleure devant ses photos»

Publié

Drame à Mont-Saint-Martin«Elle aimait s'amuser, chanter, je pleure devant ses photos»

DIEKIRCH – L'émotion est forte dans l'entourage de Diana, la Portugaise de 40 ans vivant à Diekirch, dont le corps a été retrouvé démembré, à Mont-Saint Martin.

1 / 15
19.09 Le corps a été découvert derrière un bâtiment désaffecté.

19.09 Le corps a été découvert derrière un bâtiment désaffecté.

Vincent Lescaut

Vincent Lescaut

Vincent Lescaut

«Elle était l’amie de ses amis, elle aimait s’amuser, chanter, danser. C’était une personne exceptionnelle. Je pleure en regardant ses photos, en imaginant ce qu’elle a subi». À Athus, beaucoup peinent encore à réaliser que le corps retrouvé nu et démembré à Mont-Saint-Martin, le 19 septembre, était celui de Diana, une femme qu’ils connaissaient bien.

«Elle a travaillé comme serveuse et vécu à Athus pendant un an et demi ou deux ans. Ces trois derniers mois, elle vivait à Diekirch», raconte une ancienne cliente qui aimait échanger avec elle et écouter la voix de cette Portugaise de 40 ans, brillante lors des karaokés organisés dans des bars. Originaire de Porto, elle avait rejoint le Grand-Duché depuis plusieurs années. Elle aurait aussi un temps vécu à Pétange et son entourage lui connaissait quelques relations ces dernières années.

«Il faut que l'on trouve le coupable»

Si des rumeurs circulaient dès la fin de la semaine dernière, le parquet de Nancy a confirmé mardi l’identité de cette mère d’un fils de 22 ans. «Grâce à la diffusion par voie de presse des dessins des tatouages de la victime, les autorités judiciaires du Grand-Duché du Luxembourg nous informaient qu'elles avaient identifié la femme au corps démembré», a indiqué côté français le procureur, François Pérain, ajoutant qu’une «comparaison d'ADN» a levé les derniers doutes. Le parquet de Nancy s'est dessaisi de l'affaire au profit du parquet de Dierkich.

Sur les réseaux sociaux, les hommages se multipliaient mardi. Une marche sera organisée, en sa mémoire, à Athus, le samedi 22 octobre, à 16h. «Il faut que l’on trouve le coupable, on ne sera tranquille que ce jour-là», insistait cette cliente devenue son amie.

Si des éléments semblent confirmer qu’elle a vraisemblablement été tuée «dans les 24 heures» précédant la découverte du corps, le parquet, au Luxembourg, se refusait mardi, à tout commentaire et notamment à avancer la moindre piste privilégiée. «L’enquête est en cours et nous ne pouvons rien dire qui puisse la compromettre», précisait-il à L’essentiel.

Le Luxembourg en bref

Vous ne voulez rien rater de l'actualité au Luxembourg? N'en perdez pas une miette et retrouvez toutes les informations sur le Grand-Duché en bref dans notre ticker en suivant ce lien.

(Nicolas Martin)

Ton opinion

24 commentaires