Front national – Elle compare Taubira à un singe

Publié

Front nationalElle compare Taubira à un singe

Anne-Sophie Leclere, candidate FN aux municipales dans les Ardennes, a déclaré qu'elle préférait voir la garde des Sceaux «dans un arbre» plutôt qu'au gouvernement.

«À la limite, je préfère la voir dans un arbre après les branches que la voir au gouvernement comme ça». Après ce dérapage dans l'émission «Envoyé spécial», comparant Christiane Taubira à un singe, la candidate frontiste Anne-Sophie Leclere a vu son investiture suspendue.

«À la suite des propos d'Anne-Sophie Leclere, sa candidature aux municipales est suspendue. Par ailleurs, Mme Anne-Sophie Leclere est convoquée devant les instances disciplinaires du Front national», est-il écrit dans un communiqué envoyé vendredi matin par Steeve Briois, secrétaire général du Front national.

«Un Noir, ça reste un être humain»

Elle était jusqu'ici la candidate désignée pour représenter le parti d'extrême droite aux élections municipales du printemps prochain à Rethel (Ardennes). «Franchement c'est une sauvage, arrivant à la télé avec un sourire du diable», a-t-elle expliqué devant les caméras, interrogée sur un photomontage posté sur sa page Facebook (retiré depuis), comparant un bébé singe et la ministre de la Justice.

«Mais ce n'est pas raciste que de dire cela», assure Anne-Sophie Leclere, précisant avoir «des amis qui sont Noirs». «Un singe, c'est un animal, un Noir, ça reste un être humain», conclut la candidate frontiste.

(L'essentiel Online / cga)

Les dérapages à répétition du FN

Les sorties xénophobes émaillent l'histoire du FN, dont le fondateur Jean-Marie Le Pen voyait dans les chambres à gaz nazies «un détail de l'Histoire». Sa fille, Marine, se défend sans relâche de tout racisme. Coïncidence de calendrier et de réseau social, un autre responsable FN, Julien Sanchez, conseiller régional, a été condamné vendredi en appel pour avoir laissé deux internautes publier sur son mur Facebook des commentaires à connotation raciste.

Début septembre, le FN avait exclu un de ses candidats du Nord, pour avoir publié, - toujours sur Facebook - un drapeau israélien en train de brûler avec le commentaire «Ici, c'est la France». Un an auparavant, il y avait eu cet ancien candidat FN, dans la Marne, dont on avait découvert qu'il portait, tatouée dans le dos, une fresque nazie. En juillet 2011, une proche de Bruno Gollnisch, un des historiques du parti, était écartée pour s'être dite «antisémite».

En avril de la même année, le conseiller régional de Rhône-Alpes, Alexandre Gabriac, était exclu après des photos le montrant faisant le salut hitlérien. Même punition, même motif, un mois plus tard, pour un conseiller FN de la même région.

Ton opinion