Etats-unis – Elle lui propose 500 000 dollars pour son bébé
Publié

États-unisElle lui propose 500 000 dollars pour son bébé

Une Américaine de 49 ans a été arrêtée, mardi, après avoir annoncé à une jeune femme qui faisait ses courses qu’elle voulait acheter un de ses enfants.

Une mère de famille texane a vécu un moment extrêmement inquiétant, mardi, dans un supermarché de Crockett. Accompagnée de ses deux enfants en bas âge (NDLR: le plus âgé a un an), l’Américaine était en train de payer ses courses à une caisse automatique quand une autre cliente s’est approchée d’elle. Selon NBC News, la femme de 49 ans s’est extasiée devant les cheveux blonds et les yeux bleus d’un des enfants. Elle a ensuite demandé à la mère de famille «combien elle pouvait l’acheter», peut-on lire dans le rapport de police.

Rebecca Taylor a enfoncé le clou en expliquant à la cliente qu’elle avait 250 000 dollars dans sa voiture et qu’elle était prête à dépenser ces sous pour «acquérir» l’enfant. Estomaquée, la jeune maman lui a répondu qu’«aucune somme ne serait suffisante». Pas de quoi décourager la quadragénaire, qui a insisté: «Elle a dit qu’il convenait parfaitement et qu’elle voulait acheter ce bébé depuis longtemps», explique le rapport. Fait encore plus troublant, Rebecca Taylor et la femme qui l’accompagnait ont commencé à appeler l’enfant par son prénom.

Passible d'une peine de dix ans de prison

Les deux clientes ont fini par quitter le magasin, suivies par la mère de famille qui s’est dirigée vers sa voiture. À ce moment-là, Rebecca Taylor et son amie se sont mises à hurler sur la jeune femme. La quadragénaire a crié qu’elle était prête à payer 500 000 dollars pour l’enfant «parce qu’elle le voulait et qu’elle allait le prendre», précise le rapport. L’inquiétante personne est finalement montée dans une voiture noire et s’en est allée. Le témoignage de la jeune maman concordant avec les images de vidéosurveillance, la police a procédé à l’arrestation de Rebecca Taylor.

Mise en examen pour vente ou achat d’un enfant, la quadragénaire a été arrêtée et libérée sous caution jeudi. Elle risque jusqu’à dix ans de prison si elle est reconnue coupable.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion