Elle oublie son bébé dans un SUV surchauffé: 30 ans de prison

Publié

États-UnisElle oublie son bébé dans un SUV surchauffé: 30 ans de prison

Une mère de famille de 32 ans a écopé de la peine maximale après la mort de son bébé de 7 semaines, en septembre 2020. Elle était sous l’influence de méthamphétamine au moment du drame.

Les enquêteurs ont découvert de la méthamphétamine au domicile de Megan et un test sanguin a révélé qu’elle en avait consommé ce matin-là.

Les enquêteurs ont découvert de la méthamphétamine au domicile de Megan et un test sanguin a révélé qu’elle en avait consommé ce matin-là.

Megan Dauphin passera trente ans derrière les barreaux, la peine maximale qu’elle encourait. En avril dernier, la cour du comté de Bay (Floride) avait reconnu cette Américaine de 32 ans coupable d’homicide involontaire aggravé après la mort de sa fille McKinlee, âgée de 7 semaines.

Les faits remontent au 2 septembre 2020. Ce jour-là, la mère de famille a installé son bébé dans sa voiture et s’en est allée acheter des cigarettes. De retour chez elle à Panama City, Megan est entrée dans sa maison sans le nourrisson.

La trentenaire a alors vaqué à ses occupations, sans se rendre compte que sa fille était en train d’agoniser dans une voiture surchauffée. Ce n’est que quatre heures plus tard que la belle-fille de Megan lui a demandé où était McKinlee. La mère de famille était alors convaincue que son bébé se trouvait au salon. Se rendant finalement compte de son oubli, l’Américaine s’est précipitée vers son SUV, mais il était trop tard pour la petite, relate «People».

Les enquêteurs ont découvert de la méthamphétamine au domicile de Megan et un test sanguin a révélé qu’elle en avait consommé ce matin-là. Selon sa famille et ses amis, la trentenaire était en état de choc après la mort de McKinlee. «Je fais du mieux que je peux chaque jour pour être là pour mes autres enfants. Mais à chaque fois que je vois une petite fille, je m’effondre et je pleure», a déclaré l’accusée au tribunal. Sa sœur a également plaidé pour sa cause, la décrivant comme «gentille, respectable, digne de confiance, honnête et généreuse».

L’Américaine a trente jours pour faire appel.

L’Américaine a trente jours pour faire appel.

Bureau du shérif du comté de Bay

Une ancienne amie de Megan s’est montrée beaucoup moins conciliante envers elle. «La seule chose que j’ai entendu dire, c’est qu’elle allait aller en prison. C’est tout ce qui l’intéressait. Si j’avais fait ça, je ne pourrais pas me regarder dans un miroir», a déclaré Nicole Curry. Une médecin a par ailleurs déclaré sous serment qu’au début de sa grossesse Megan Dauphin était «effondrée» d’apprendre qu’elle allait avoir une fille. L’Américaine a trente jours pour faire appel.

(Joëlle Mermoud)

Ton opinion

9 commentaires