En Moselle – Elle quitte tout pour créer sa marque de vêtements

Publié

En MoselleElle quitte tout pour créer sa marque de vêtements

THIONVILLE - Elisabeth, ancienne infirmière au Luxembourg, a quitté son poste pour devenir styliste. Seule aux commandes, elle réalise enfin son rêve.

«Bienvenue dans mon atelier, c'est ici qu'on trouve le stock de Pareli». Elisabeth Pawlik a tout quitté pour réaliser son rêve. «Je n'étais pas épanouie dans mon travail, il me manquait quelque chose, confie la Thionvilloise. À l'été 2020, alors infirmière-anesthésiste à l’INCCI-Haerz-Zenter (Institut national de chirurgie cardiaque et de cardiologie interventionnelle) depuis deux ans, Elisabeth décide de tourner la page médicale et de lancer sa propre marque de vêtements, Pareli.

Sa nouvelle vie d’entrepreneuse-styliste démarre le 1er septembre 2020, avec sa première collection. Un an plus tard, en novembre, son projet prend enfin vie, avec l'ouverture de son site web et la présentation officielle de sa marque «100% française» au grand public. Un projet que la jeune femme de 38 ans mène toute seule.

«J’ai toujours baigné dedans»

Pour sa première capsule, la frontalière propose quatre vêtements: une jupe, un tee-shirt, un top dentelle et une pièce mixte, un cardigan en laine «qui subliment toutes les morphologies», promet l'ex-infirmière. En effet, Pareli propose des tailles allant du 32 au 54 pour toutes les morphologies, avec des prix variant de 100 à 300 euros pour chaque pièce.

Pour Elisabeth, la mode est une passion qui ne date pas d’hier. «Plus jeune, j'étais entourée de couturières, ma maman ma belle-maman et ma grand-mère, qui cousait des vêtements pour mes poupées. J’ai toujours baigné dedans», admet-elle. «Au lycée, je dessinais déjà des petits croquis, que j'ai retrouvés il y a peu. J'imaginais des tailleurs pour femmes d’affaire».

«Cette envie a toujours été en moi»

L'idée d'en faire son métier était bien présente dans la tête d'Elisabeth mais les choses ne se sont pas passées comme prévues. Les écoles qui l'intéressaient étant situées à Paris, la Lorraine a mis sa passion de côté pour une carrière paramédicale, au CHR Metz Thionville puis au Luxembourg, pour rester dans sa région. «J'aimais mon métier d'infirmière mais cette envie de créer a toujours été en moi».

Pour le moment, les vêtements de la marque ne sont disponibles qu'en ligne mais l'entrepreneuse a bien l'intention de se développer en proposant ses créations dans les boutiques, en France et au Luxembourg.

(mm/L'essentiel)

Ton opinion