Arnaque sur le Net – Elle se fait passer pour malade et collecte de l'argent

Publié

Arnaque sur le NetElle se fait passer pour malade et collecte de l'argent

Une Canadienne de 23 ans a simulé être atteinte du cancer afin de récolter de l'argent sur Facebook. Elle souffrait en réalité d'un déficit aigu d'affection.

Ashley Kirilow, 23 ans, s'est rasé les sourcils et le crane pour faire croire qu'elle avait un cancer. (dr)

Ashley Kirilow, 23 ans, s'est rasé les sourcils et le crane pour faire croire qu'elle avait un cancer. (dr)

Souffrant apparemment d'un déficit aigu d'affection et d'attention, une jeune Canadienne s'est rasée les cheveux et les sourcils afin de se faire passer pour une cancéreuse. Par ce subterfuge, Ashley Kirilow, 23 ans a collecté plusieurs milliers de dollars de dons, avant de finir en prison pour fraude.

Elle avait notamment créé une page sur Facebook et utilisé le réseau de socialisation pour réunir des groupes de soutien qui lui ont remis de l'argent en espèces, sans jamais demander ni obtenir de reçu. Plusieurs médias canadiens consacraient lundi beaucoup de place à l'affaire d'Ashley Kirilow, 23 ans, et les télévisions affichaient ses photos, un foulard blanc couvrant son crâne rasé.

Elle se prétend orpheline

La jeune femme s'est présentée vendredi dernier à la police en Ontario, qui enquêtait sur elle depuis plus d'un mois, pour être incarcérée sous l'inculpation de fraude de moins de cinq mille dollars canadiens. Mais des amis qu'elle avait trouvés grâce à son subterfuge estiment ses gains à environ 20 000 dollars.

Selon un communiqué de la police, elle a conduit depuis plusieurs mois des collectes de fonds, notamment lors de concerts, dont certains organisés pour elle, avec l'aide de plusieurs personnes convaincues qu'elle avait un cancer et n'avait plus que quelques semaines à vivre.

Sur Facebook, elle a prétendu rassembler de l'argent pour une organisation sans existence légale baptisée «Change for a Cure».La jeune femme se disait orpheline et prétendait que ses parents étaient toxicomanes. En fait, ils sont divorcés et remariés et elle avait essayé sans succès de les convaincre qu'elle avait un cancer.Une audience sur son éventuelle remise en liberté sous caution a été fixée à mercredi. Entre-temps, une vague de messages indignés voire fortement injurieux a déferlé sur sa page Facebook.

lessentiel.lu avec AFP

Ton opinion