Royaume-Uni – Elle titille son copain, le sextoy reste coincé
Publié

Royaume-UniElle titille son copain, le sextoy reste coincé

Une actrice de porno amateur a vécu une expérience pour le moins gênante lors d’une conversation torride avec son petit ami d’alors.

«C’est une histoire classique de relation à distance». Il a fallu plusieurs mois à Rosiee Sunshine pour trouver le courage de parler de sa malheureuse expérience vécue en février dernier. La semaine dernière, en lisant un article sur l’argent dépensé par le système de santé publique pour retirer des objets coincés dans les parties intimes, la Britannique de 20 ans a décidé de raconter son histoire. Actrice de porno amateur, la jeune femme était en pleine «conversation» par visioconférence avec son petit ami d’alors quand elle a décidé de tester les sextoys qu’il lui avait offerts.

Rosiee a donc déballé un paquet de plugs anals et a essayé «le plus gros», d’une longueur de 9 centimètres, raconte le New York Post. C’est là qu’elle a tendu un «pop» inquiétant. «J’ai pensé qu’il était tombé, alors je me suis baissée pour le remettre en place, mais il n’était pas là. Il y a eu ce moment d’affolement où j’ai regardé autour de moi en pensant: est-ce qu’il est tombé du lit, où peut-il être?» Puis, l’effroyable réalité s’est imposée à la jeune femme: «Il n’était pas tombé à l’extérieur, il était tombé à l’intérieur», témoigne-t-elle. Sous le regard impuissant de son petit ami, la Britannique a tenté en vain d’extraire le sextoy.

Elle échappe à l’opération

«Oh mon Dieu, je vais devoir utiliser des ustensiles de cuisine», a-t-elle lancé à son copain, qui lui a tout de suite déconseillé de tenter de le faire. Au départ, Rosiee ne voulait pas aller à l’hôpital, mais elle a fini par capituler au bout d’une heure. «On m’a déposée aux urgences et ils étaient tous très gentils. Je pense qu’une opératrice les avait prévenus à l’avance pour leur dire que je venais, alors ils sont restés très discrets», raconte-t-elle. Après avoir localisé le sextoy sur une radiographie, une infirmière a enfilé des gants, appliqué du lubrifiant et est allée «à la pêche» pendant 10 à 20 minutes pour retirer l’objet encombrant. La Britannique a donc échappé à une opération.

Avec le recul, la jeune femme arrive à rire de sa mésaventure. «Au début, c’était absolument horrible, mais maintenant je trouve ça drôle», confie-t-elle. L’hôpital a suggéré à la patiente de garder le fameux sextoy en souvenir. Mais Rosiee a préféré le rendre à son petit ami lors de leur rupture quelques mois plus tard.

(L'essentiel/joc)

Ton opinion