Football/BGL Ligue – En BGL Ligue, une reprise au rythme du Covid
Publié

Football/BGL LigueEn BGL Ligue, une reprise au rythme du Covid

À la reprise des entraînements, les clubs de l'élite comptent toujours des joueurs non vaccinés et doivent multiplier les tests.

Tous les joueurs n'ayant pas obtenu leur troisième dose doivent désormais réaliser un test antigénique avant chaque entraînement.

Tous les joueurs n'ayant pas obtenu leur troisième dose doivent désormais réaliser un test antigénique avant chaque entraînement.

Editpress

L'ombre du Covid-19 plane toujours sur la BGL Ligue, au moment où les clubs reprennent l'entraînement, en vue de la reprise, le 6 février. Tous les joueurs n'ayant pas obtenu leur troisième dose doivent désormais réaliser un test antigénique avant chaque entraînement. «Avec les matches, ça fait au moins cinq tests par semaine», souffle Yvon Dietz, le directeur sportif de Rodange où, comme ailleurs, une infime partie de l'équipe a reçu son booster. «Avec tous les jeunes, on a presque engagé une infirmière», abonde le président du FC Differdange, Fabrizio Bei.

Fatigué de parler du Covid-19, le dirigeant a dû se passer à la reprise de quatre joueurs, toujours réticents au vaccin. L'un d'eux serait l'ex-international luxembourgeois Aurélien Joachim. «Ils ne sont pas aptes à jouer, donc contractuellement je n'ai plus à les payer», souligne Bei, qui prévoit une ou deux arrivées. Le chef d'entreprise «refuse de les foutre dehors» et ne verrait pas d'inconvénient à les faire jouer si ces derniers attrapaient le Covid-19, puis en guérissaient.

Une approche pragmatique que défend Pétange, où certains éléments restent dans le groupe, même si leur pass sanitaire arrivera à échéance en février ou en mars. «On a un joueur qui ne voulait pas nous dire qu'il était vacciné car ses parents y sont opposés», raconte Pascal Wagner, vice-président de Pétange, pour illustrer cette période décidément hors norme.

(L'essentiel/Nicolas Grellier)

Ton opinion