Mondial 2022: «En centre-ville, on ne voyait pas qu'il y avait un Mondial»

Publié

Mondial 2022 «En centre-ville, on ne voyait pas qu'il y avait un Mondial»

Le secrétaire général de la FLF, Joël Wolff, revient tout juste de Doha, où il a assisté à deux rencontres de la Coupe du monde.

par
Nicolas Grellier
Joël Wolff a assisté à toutes les Coupes du monde depuis 1990.

Joël Wolff a assisté à toutes les Coupes du monde depuis 1990.

Comme tous les quatre ans, en amont du Mondial, le Luxembourg était représenté au congrès de la FIFA. Le président de la Fédération luxembourgeoise de football (FLF), Paul Philipp, un de ses vice-présidents, Charles Schaack, et le secrétaire général, Joël Wolff, sont restés de vendredi à mardi à Doha, où ils logeaient dans un hôtel réservé pour les délégations européennes et africaines.

«En centre-ville, on ne voyait pas trop qu'il y avait un Mondial. Les rues sont décorées, mais il y a peu de touristes et les fans zones sont désertes. Ça nous a frappés, d'habitude c'est plus festif», note Joël Wolff, qui a assisté à toutes les Coupes du monde depuis 1990. Les trois Luxembourgeois étaient au match d'ouverture et ont assisté à la défaite du pays hôte face à l'Équateur (2-0). «On voit bien que le Qatar n'est pas habitué aux foules, souligne le secrétaire général de la FLF. Les supporters ne soutenaient pas leur équipe, c'était bizarre à voir».

Également présent à la rencontre entre les Pays-Bas et le Sénégal (2-0), Joël Wolff décrit une ambiance similaire à celle des autres Coupes du monde, avec la ferveur des supporters des deux équipes dans un stade qu'il estimait rempli à 90%. Une rencontre qui, comme les autres, ne s'est pas déroulée sous une chaleur accablante. «Je n'ai pas remarqué que la climatisation était activée. La nuit tombe dès 17h, et les températures peuvent baisser vers les 24, 25 degrés».

Ton opinion

3 commentaires