Tournoi de Wimbledon – «En quarts, la motivation vient toute seule»

Publié

Tournoi de Wimbledon«En quarts, la motivation vient toute seule»

Alexandre Lisiecki, entraîneur de Gilles Muller, évoque la récupération du Luxembourgeois après sa victoire sur Nadal et avant le quart de finale face à Cilic, à Wimbledon.

Alexandre Lisiecki entraîne Gilles Muller.

Alexandre Lisiecki entraîne Gilles Muller.

Editpress/Jeff Lahr

«L'essentiel»: Comment récupère-t-on après un duel comme celui remporté par Gilles Muller face à Nadal en huitièmes de finale, lundi?

Alexandre Lisiecki, entraîneur de Gilles Muller: On fait comme on peut. Nous nous sommes surtout réfugiés dans nos routines, dans un protocole de récupération en place depuis longtemps. Il y a une grande excitation autour de nous, mais nous ne voulons pas déroger à la règle et nous restons dans ce que nous faisons depuis des mois voire des années. Un match très difficile nous attend et on a très envie de le gagner.

Vous êtes vous accordé quelques instants pour savourer?

Un peu hier soir (lundi) même si dès la sortie du court, nous étions déjà tournés vers la récupération. Nous avons fini tard, mangé vers 23h. Forcément, à ce moment là, on avait le sourire.

Quel a été votre programme après ce match titanesque?

Il y a un rituel: du vélo, une boisson, la presse, la douche, un bain glacé. Gilles a ensuite passé une bonne heure avec le physiothérapeute. Ce matin (mardi) on s'est accordé un peu plus de temps au lit. On est arrivés au club à 11h, puis nous avons fait 1h d'échauffement, une demi-heure de tennis et de nouveau le protocole de récupération (vélo, bain glacé, massage). Et d'ici demain (mercredi) nous allons continuer à préparer ce match.

Comment se remobiliser après un tel succès?

En quarts de finale de Wimbledon, la motivation vient toute seule. On cherche juste ce qu'il faut bien faire avant et pendant la rencontre.

Comment embêter Marin Cilic?

Le but n'est pas de l'embêter mais de le battre. Il faudra jouer un tennis de très très haut niveau pendant plus de deux heures. Il n'y a plus de retenue à avoir. Car personne ne parle de Cilic, mais pour nous il était l'un des grands favoris du tournoi avec Federer ou Nadal.

Comment rester tranquille malgré l'effervescence créée par ce succès face à Nadal?

Ce n'est pas non plus la fin du monde. Nous sommes de grands garçons et c'est plus facile à gérer que des défaites. En tout cas nous ne nous enflammons pas. Ce n'est toujours pas le genre de la maison.

(Propos recueillis par Nicolas Martin)

Ton opinion