Publié

Covid au LuxembourgEnceintes, elles doutent encore de la vaccination

LUXEMBOURG - De nombreuses femmes, enceintes ou jeunes mères allaitantes, se posent toujours des questions sur le vaccin anti-Covid. Un rendez-vous est prévu pour elles.

Des recherches, portant sur quelque 65 000 femmes, ont montré des «preuves de plus en plus nombreuses» que les injections n'avaient pas causé de complications pendant la grossesse.

Des recherches, portant sur quelque 65 000 femmes, ont montré des «preuves de plus en plus nombreuses» que les injections n'avaient pas causé de complications pendant la grossesse.

Pexels

Des études sur des femmes enceintes ont révélé ces derniers jours que les deux vaccins anti-Covid les plus largement utilisés, Pfizer et Moderna, fabriqués avec la technologie à ARN messager, ne présentent aucun risque pour les mères ou les bébés, a déclaré l'Agence européenne des médicaments (EMA). Des recherches, portant sur quelque 65 000 femmes, ont montré des «preuves de plus en plus nombreuses» que les injections n'ont pas causé de complications pendant la grossesse. Les vaccinations ont au contraire fourni une protection accrue contre les hospitalisations et les décès, en particulier en fin de grossesse, a souligné l'EMA.

Néanmoins, certaines «femmes enceintes et allaitantes non vaccinées ont encore des doutes et des questions», indique le ministère luxembourgeois de la Santé, mercredi, dans un communiqué. Pour répondre au mieux à toutes ces interrogations et suspicions, un échange de questions et réponses sera organisé, ce jeudi 3 février à 17h, en direct sur Facebook via le lien https://gd.lu/5dg7C0. «Les spectateurs.trices pourront poster leurs questions pendant ou avant l’émission», glisse le ministère.

La grossesse, un risque plus élevé face au Covid

Pendant une heure, le Dr Thomas Dentzer de la Direction de la santé et le Dr Pit Duschinger, président de la Société luxembourgeoise de gynécologie et d’obstétrique, répondront en direct. L'échange sera disponible en quatre langues: français, allemand, luxembourgeois et anglais. Depuis la pandémie, le ministère de la Santé a multiplié ces initiatives sur les réseaux sociaux pour instaurer un dialogue via des webinaires, lunchtalks, vidéos d’experts et Facebook live.

L'EMA rappelle également que la grossesse elle-même avait été associée à un risque plus élevé de développer une forme sévère de la maladie au cours des deuxième et troisième trimestres, de sorte que les futures mères devraient se faire vacciner.

(nc/L'essentiel)

Ton opinion