Santé – Encore des questions sur les génériques
Publié

SantéEncore des questions sur les génériques

LUXEMBOURG - Les médicaments génériques, amenés à prendre plus de place, continuent à susciter le débat.

Qualité, prix, disponibilité... les génériques ne font pas l'unanimité

Qualité, prix, disponibilité... les génériques ne font pas l'unanimité

Editpress

«Le problème essentiel avec les médicaments génériques, c'est de vérifier si leur efficacité est la même que celle des originaux. Ne réalise-t-on pas d'abord des économies sur la qualité?», lance René Pizzaferri, président de la Patiente Vertriedung. L'ASBL, qui représente les intérêts des patients, organisait hier une conférence nationale sur la substitution des médicaments originaux par des génériques.

Le règlement grand-ducal du 1er décembre 2011 doit faciliter la diffusion des médicaments génériques et alléger les dépenses de la Caisse nationale de santé: dans le secteur extrahospitalier, la dépense pour les médicaments est passée de 95 millions d'euros en 2000 à 163 millions en 2010. La liste des médicaments génériques, qui déterminera la base des remboursements, est toujours en cours d'élaboration par les services du ministère de la Santé.

Si le patient souhaite obtenir un médicament original placé sur la liste des génériques, il le pourra. Mais il sera remboursé sur la base du produit le moins cher. Et réglera de sa poche la différence, si elle n'est pas couverte par l'assurance privée. «Cela pose le problème d'un système de santé à deux vitesses», estime Jean Huss, de la Patiente Vertriedung, qui propose de «négocier les prix des médicaments avec les fournisseurs».

«Comme la liste va évoluer constamment, les problèmes de livraison et de stock, donc d'accessibilité aux médicaments, vont se poser», complète Jean-Pol Leblon, de l'Association pharmaceutique luxembourgeoise, qui soulève des risques de confusion et de surdosage, «surtout chez les personnes âgées».

Mathieu Vacon

Ton opinion