Accident en Espagne – Enquête sur le crash du F-16 qui a fait 11 morts

Publié

Accident en EspagneEnquête sur le crash du F-16 qui a fait 11 morts

Des experts vont tenter d'établir les causes de l'accident qui s'est produit lundi lors d'un entraînement sur une base militaire espagnole, qui a fait onze victimes.

Le bilan de l'accident qui a impliqué plusieurs avions de chasse de différentes forces aériennes européennes, lundi sur une base militaire du sud-est de l'Espagne, a causé la mort de neuf Français et de deux Grecs, tandis que cinq grands brûlés, dont la nationalité n'a pas été précisée, ont été transférés dans une unité spécialisée de l'hôpital madrilène de La Paz. Sept des neuf militaires français étaient issus de la base de Nancy Ochey, près de Toul. Six blessés appartiennent également à la base. Les autres étaient basés à Chateaudun et Mont-de-Marsan.

Pour l'armée française, il s'agit de ses plus lourdes pertes en une seule journée, depuis une embuscade dans l'est de l'Afghanistan en 2008, qui avait fait dix morts. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves le Drian, était attendu dans la journée sur la base de Los Llanos, située à environ 250km au sud-est de Madrid, où s'est produit l'accident.

Un juge de Valence mène une enquête

L'accident s'est produit en plein entraînement dans ce centre de formation de pilotes d'élite de dix nationalités, où est mis en œuvre le Training Leadership Programme (TLP) de l'OTAN, «une des formations les plus réputées et les plus exigeantes du monde», selon un article publié par le site du ministère de la Défense en France.

Un juge de Valence mène une enquête, avec la garde civile, sur les circonstances de l'accident. Parallèlement, une Commission d'enquête technique des accidents d'aéronefs militaires est chargée de clarifier les aspects techniques de l'accident. Il s'agira de déterminer s'il est lié à une erreur humaine, une défaillance technique ou un enchaînement des deux.

Cette commission formée d'experts déjà dépêchés sur les lieux doit collecter les restes des appareils, retrouver les boîtes noires, examiner les conversations avec la tour de contrôle, une enquête longue et minutieuse comme dans tout accident aérien, a précisé une source au ministère de la Défense.

(L'essentiel/ats)

Ton opinion