Majorité absolue – Erdogan remporte la présidentielle en Turquie
Publié

Majorité absolueErdogan remporte la présidentielle en Turquie

Le Premier ministre turc rempile pour un nouveau mandat, alors qu'il est controversé. Il a en effet obtenu la majorité absolue au premier tour, ce dimanche.

Erdogan, qui tient les rênes de la Turquie depuis 2003.

Erdogan, qui tient les rênes de la Turquie depuis 2003.

AFP

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a été élu dimanche président de la République dès le premier tour du scrutin disputé pour la première fois au suffrage universel direct.
Il a obtenu près de 55% des voix, selon des résultats partiels diffusés par les télévisions turques. Selon ces chiffres, portant sur plus de la moitié des bulletins dépouillés, le chef du gouvernement islamo-conservateur, 60 ans, a largement devancé ses deux concurrents. Le principal candidat de l'opposition Ekmelettin Ihsanoglu a obtenu 36,5% des voix et celui de la minorité kurde, Selahattin Demirtas 8,9%.

M. Erdogan, qui tient les rênes de la Turquie depuis 2003, devait prendre la parole en soirée devant des dizaines de milliers de partisans depuis le balcon du siège de son Parti de la justice et du développement (AKP), à Ankara. Il n'a pas caché qu'il souhaitait garder la haute main sur l'exécutif et renforcer les prérogatives du chef de l'Etat, jusque-là largement honorifiques. Les bureaux de vote ont fermé leurs portes à 17h locales (16h au Luxembourg) à l'issue d'un scrutin marqué par une participation en recul par rapport aux 89% enregistrés lors des élections municipales de mars. Selon le sondeur Adil Gür, de la compagnie A&G, elle devrait osciller entre 70 et 75%. Les résultats sont attendus en soirée.

Au pouvoir jusqu'en 2023?

Loué pour son charisme comme il est critiqué pour ses manières fortes, l'homme fort de Turquie rejoint avec cette victoire le père fondateur de la République moderne et laïque, Mustafa Kemal Atatürk, au palmarès des dirigeants les plus emblématiques du pays. M. Erdogan a déjà exprimé le souhait de rester à la présidence pendant deux mandats, soit jusqu'en 2023, année du centième anniversaire de la république kémaliste, une date symbolique pour celui qui fait souvent référence dans ses discours à l'Empire ottoman.

Le Premier ministre a écrasé la campagne par son charisme et la toute-puissance de son parti, qui n'ont laissé que peu de chance à ses rivaux. «La campagne a été injuste, disproportionnée mais nous avons confiance dans le bon sens de notre nation», a déploré M. Ihsanoglu en votant. «Nous allons remporter facilement le premier tour», a-t-il pronostiqué contre tous les sondages. «Quels que soient les résultats, nous espérons que la liberté, la démocratie et la fraternité triompheront», a de son côté souhaité le candidat kurde Selahattin Demirtas, un avocat de 41 ans au sourire photogénique, qui ne devrait guère mordre au-delà de cette communauté de 15 millions d'âmes.

(L'essentiel/AFP)

Ton opinion