Economie – «Ernst & Young continue de croître et de recruter»

Publié

Économie«Ernst & Young continue de croître et de recruter»

LUXEMBOURG - En un an et demi, Ernst & Young a licencié 39 salariés. Un procédé qui répond à une volonté certaine de performance.

Chez Ernst & Young, les managers doivent être «très performants», assure l’associé en charge des ressources humaines, Olivier Lemaire.

Chez Ernst & Young, les managers doivent être «très performants», assure l’associé en charge des ressources humaines, Olivier Lemaire.

Editpress

Le code du travail au Luxembourg est clair. À partir de sept licenciements en 30 jours ou à partir de quinze licenciements en 90 jours, chaque entreprise doit se plier à la négociation d’un plan social. Une règle qui permet une certaine latitude aux sociétés dont les standards d’évaluation sont très élevés. C’est notamment le cas d’Ernst & Young, l’une des plus grosses sociétés d’audit et de consulting au Luxembourg (900 salariés).

L’an passé, l’Association luxembourgeoise des employés de banque et assurance (Aleba) a recensé 26 licenciements chez Ernst & Young, dont six ont eu lieu en novembre. Et cette année, le rythme est aussi soutenu avec 17 licenciements entre le 28 janvier et le 13 juin. Pour Félix Walisch de l’Aleba, «il s’agit de licenciements collectifs qui ne disent pas leur nom». Le syndicat ne compte pas laisser tomber ces salariés sans emploi.

Du côté de la société Ernst & Young, on explique qu’une «firme comme la nôtre ne peut pas se permettre de garder des éléments qui ne répondent pas à nos attentes de qualité». Associé chez Ernst & Young en charge des ressources humaines, Olivier Lemaire souligne aussi que «Ernst & Young continue de croître. En termes d’effectifs, nous sommes, pour cet exercice, à une augmentation nette de 10 %». Soit environ 90 personnes.
«Nous prévoyons une centaine d’embauches à la rentrée», poursuit-il.

Patrick Théry

Ton opinion