Campings au Luxembourg – «Est-ce que cela vaut la peine de reconstruire?»
Publié

Campings au Luxembourg«Est-ce que cela vaut la peine de reconstruire?»

BORN - Après les crues, dans les campings comme à Born et Rosport, dans l'Est, l'heure est au déblaiement et à l'évaluation des dégâts.

À Born, les vacanciers qui avaient un chalet semi-fixe trient ce qui peut être sauvé.

À Born, les vacanciers qui avaient un chalet semi-fixe trient ce qui peut être sauvé.

«Quand la Sûre a commencé à monter, les agriculteurs sont venus avec leurs tracteurs pour nous aider à évacuer les caravanes. Il a fallu convaincre les vacanciers qu'il fallait partir», relate Patrick Hierthes, président du syndicat d'initiative Rosport, exploitant du Camping du Barrage.

Comme dans de nombreux campings du pays, après les crues, l'heure est au déblaiement. Les étudiants qui travaillent comme saisonniers remplissent des conteneurs entiers de déchets, de nombreuses communes donnent un coup de main. «Nous avons évacué près de 80 caravanes en plein démarrage de la haute saison, je ne connais pas le manque à gagner et il reste à faire l'estimation du montant des dégâts, explique Patrick Hierthes. Mais j'espère rouvrir dans deux semaines. À Born, où ils ont pris l'eau de plein fouet, ils n'ont pas eu cette chance», compatit-il.

Dans la localité proche, le camping Um Salzwaasser est dévasté. «Je cherche ma cuisinière et mon congélateur dans les gravats, se désole Fatima, qui disposait d'un emplacement à l'année. L'assurance m'a déjà annoncé qu'elle ne payerait pas». «On venait de refaire le restaurant et la réception. On avait des idées comme un nouvel emplacement pour les mobiles homes», détaille Jos Schoellen, vice-président du syndicat d'initiative Born-Moersdorf. «Avec quel argent va-t-on reconstruire?», se demande Monique Pissinger, la présidente. «Et est-ce que cela vaut la peine si dans dix ans ça recommence?».

(Séverine Goffin/L'essentiel)

Ton opinion