Anniversaire – Et dire que l'Atelier va fêter ses 15 ans

Publié

AnniversaireEt dire que l'Atelier va fêter ses 15 ans

LUXEMBOURG - Quand, en 1995, l'Atelier a vu le jour, le Luxembourg est enfin devenu une halte pour les grandes tournées. Depuis, la salle n'a jamais baissé le volume.

Un bouchon rue de Hollerich, rien de plus ordinaire. Sauf en ce jour de 1995. «Je me suis arrêté devant ce hall à louer et j'ai eu un flash!». Depuis, Laurent Loschetter a eu le temps de vivre bien des émotions en ce même lieu, Den Atelier. «Celui qui m'a fait le plus battre le cœur? Quand je suis revenu quelques jours plus tard avec ma femme pour lui expliquer qu'avec quatre copains on venait d'acheter le site! Pas simple…», s'amuse celui qui, aujourd'hui, assume les fonctions de directeur de la salle de concert.

En quinze ans, des souvenirs, Laurent en a accumulés dans chaque recoin de la scène, du plateau, des loges. «La pompe à bière dans la salle, au début, on ne savait même pas la brancher. Les contrats artistiques? Du jamais vu». Et pourtant, c'est bien Jimmy Somerville que la bande de l'Atelier allait signer pour le premier live après avoir organisé maints week-ends façon boîte de nuit.

Pas question de baisser le volume

Depuis, plus de 670 shows ont fait entrer l'Atelier dans la légende des amateurs de live. Enfin, il ne faut plus courir l'Europe pour voir les vedettes se produire: l'Atelier est là. Les grands noms s'y pressent chaque semaine. Même Lady GaGa pour 500 dollars seulement! «L'exception, ce sont évidemment les BabyShambles, de Peter Doherty, qui n'ont pas arrêté d'annuler!», ironisent (un brin déçu) Laurent et sa bande. Tant pis, d'autres concerts ont consolé l'équipe… et le public.

Et pour les quinze ans qui viennent, croyez-le sur parole, Laurent assure qu'il a encore la pêche. Pas question de baisser le volume ou le rythme des soirées à l'Atelier. «Déménager oui, mais c'est tout. On veut changer de lieu en emportant notre âme dans les cartons et on le fera, promis». Au passage, les gars, n'oubliez pas les huit livres d'or de la salle. La plus belle collection de griffes pop, électro et rock'n'roll de tout le Luxembourg! «C'est clair qu'au départ, on n'imaginait pas que cette salle deviendrait, comment dire, si… respectable!». Pas de panique Laurent: l'Atelier n'a toujours rien d'un vieux monsieur, et reste un ado rebelle.

Ton opinion