Ballon d'Or – «Et pourquoi pas Pelé tant qu’on y est?»

Publié

Ballon d'Or«Et pourquoi pas Pelé tant qu’on y est?»

L’Argentin a remporté, lundi soir, son septième Ballon d’or. De quoi faire réagir la planète football et diviser de nombreux observateurs.

Lionel Messi a remporté lundi soir à Paris son septième Ballon d’or, devançant le joueur du Bayern Munich Robert Lewandowski.

Lionel Messi a remporté lundi soir à Paris son septième Ballon d’or, devançant le joueur du Bayern Munich Robert Lewandowski.

AFP

«Et pourquoi pas Pelé tant qu’on y est?» Bild, le média allemand, n’a vraiment pas apprécié la victoire de Lionel Messi au Ballon d’or lundi soir. «Il n’y avait pas un joueur meilleur que l’Argentin cette année. Il y en avait beaucoup… C’est un choix scandaleux». Le site d’informations évoque notamment les déboires du septuple lauréat avec Barcelone ou les joueurs qui lui volent actuellement la vedette au Paris Saint-Germain (Neymar, Marquinhos, Mbappé). «Ceux qui ont voté pour Messi ont plutôt voté pour sa mémoire», s’agace le journaliste Niels Körner.

Leur favori à eux, comme à beaucoup d’autres? Robert Lewandowski. Sans doute privé d’un titre qui lui serait certainement revenu l’an dernier sans l’annulation de Ballon d’or, le Polonais a, cette fois-ci, manqué le coche pour 33 points (613 pour Messi, 580 pour lui). Sans décolérer, Bild rappelle cette statistique. «Robert Lewandowski en 2020: 47 buts en 44 matches. Robert Lewandowski en 2021: 64 buts en 54 matches.» Un message absolument pas caché à l’intention des votants et autres amateurs ayant déclaré que le buteur du Bayern Munich était davantage intouchable l’an dernier.

«Un sport peu glorieux de toujours se plaindre»

L’ancienne star du Rekordmeister, Lothar Matthaüs, n’a pas plus mâché ses mots. «Je ne comprends plus le monde. Personne ne méritait plus la récompense que Robert». Un point de vue largement partagé au pays où le Polonais aligne les pions depuis 2010. Tandis que Kicker, de son côté, a préféré la jouer bon perdant. «Dans notre société, c’est presque devenu un sport peu glorieux de toujours se plaindre, d’envier. Mais chaque vainqueur, y compris et surtout Messi, mérite le respect».

En France, l’aigreur se transforme plutôt en bonheur. «Les débats des derniers mois consistent à savoir si le monde a voté pour l’Argentin par habitude ou en récompense d’un mérite supérieur à la concurrence, pose Vincent Duluc, journaliste à L’Équipe, avant de trancher. Si Lionel Messi a remporté son septième Ballon d'or, c’est d’abord parce qu’il est allé au bout d’une longue quête, devenant enfin un numéro 10 qui a permis à l’Argentine de remporter un trophée majeur».

(L'essentiel/Sport-Center)

Ton opinion