Projet – Et si Berlin prenait la pose pendant un siècle...
Publié

ProjetEt si Berlin prenait la pose pendant un siècle...

Les habitants de la capitale allemande sont mobilisés pour participer à une expérience durant 100 années. Le but? Illustrer en photo l'évolution de leur ville.

Depuis la chute du Mur, il y a 25 ans, Berlin traverse une période de profondes mutations. (photo: AFP)

Depuis la chute du Mur, il y a 25 ans, Berlin traverse une période de profondes mutations. (photo: AFP)

Une photo capture d'habitude un instant fugace mais que révélerait-elle si le temps de pose était d'un siècle entier? Cette question un peu folle est à l'origine du projet «Century Camera» de Jonathon Keats, un artiste conceptuel américain qui s'est fait connaître en tentant de créer Dieu génétiquement. À l'aide de quelques dizaines d'appareils photo au temps d'exposition ultra long (lire ci-contre), il souhaite enregistrer l'évolution du paysage urbain de Berlin au cours des cent prochaines années.

En échange de 10 euros, l'artiste invite les volontaires à s'emparer de l'un de ses 100 appareils photo miniature et à les placer dans des endroits stratégiques de la capitale allemande. Il leur demande de garder le silence sur l'emplacement de leur «capsule photo-temporelle» et de ne le révéler qu'à un âge avancé à un enfant capable d'attendre l'âge adulte pour le récupérer. M. Keats promet que ceux qui se présenteront dans 100 ans à ses associés, l'équipe de la galerie berlinoise Team Titanic, se verront rembourser les 10 euros engagés et gagneront le droit de voir leurs clichés exposés.

Réflexion autour du projet

Une date de vernissage est même d'ores et déjà annoncée: le 16 mai 2114. «Je ne serai pas là», a confié l'artiste. Toutefois, il souhaite voir ce que le fait de «confier un appareil photo à ceux qui ne sont pas encore nés» engendre comme réflexion chez ceux qui aujourd'hui vont s'interroger sur l'héritage des décisions qu'ils prennent pour la ville. «Les premières personnes qui verront ces photos seront ces enfants qui n'ont même pas encore été conçus», souligne M. Keats. «Ils sont impliqués par les décisions que nous prenons mais ils n'ont aucun pouvoir. Si quelqu'un a le droit de nous espionner, ce sont bien eux, nos héritiers», dit-il.

Car, ce qu'il souhaite instaurer, c'est bien, décrit-il, une «surveillance» - un mot dont il a bien conscience de la «lourde charge» émotionnelle mais qu'il utilise à dessein. Il souhaite en fait ouvrir le débat, particulièrement après le scandale des révélations sur l'espionnage de masse pratiqué par les Etats-Unis, une option qu'il préfère à celle d'une simple critique sociale du phénomène. «Rien n'est caché ici, hormis ce qui passe pour les appareils photo eux-mêmes», souligne-t-il. «Cela va aussi être intéressant de voir si les gens choisissent un endroit très connu comme le Mur de Berlin ou s'ils préfèrent leur petit coin de jardin», s'enthousiasme Julia Schulz, de la galerie Team Titanic.

(L'essentiel/AFP)

Le système de capture

Le procédé est simple et ambitionne évidemment la longue durée: les boîtiers en acier de M. Keats utilisent une feuille de papier noir, plutôt qu'une pellicule, qui doit être peu à peu impressionnée par la lumière passant par un objectif de la taille d'une tête d'épingle.

«Si l'appareil est dirigé vers un bloc de maisons et que ces dernières sont ratissées au bulldozer après 25 ans pour laisser la place à un gratte-ciel, nous ne verrons que les fantômes de ces maisons, leurs ombres», prédit-il. «Le gratte-ciel sera encore plus impressionnant, il y aura un effet de surimpression», estime M. Keats. Selon lui, le quotidien de l'activité humaine ne devrait pas apparaître sur les clichés.

Ton opinion