En France – Et si les autoroutes étaient gratuites cet été?

Publié

En FranceEt si les autoroutes étaient gratuites cet été?

Une présidente de région française invite les concessionnaires d'autoroutes à les rendre gratuites tout l'été. Une mauvaise idée, selon le secrétaire d'État aux Transports.

Une élue française invite les concessionnaires d'autoroutes à les rendre gratuites tout l'été.

Une élue française invite les concessionnaires d'autoroutes à les rendre gratuites tout l'été.

AFP

Carole Delga, présidente socialiste de la région Occitanie depuis 2016 et ancienne secrétaire d'État chargée du Commerce (2014-15), a demandé aux concessionnaires de rendre gratuit l'accès aux autoroutes pendant tout l'été, dans l'idée d'aider aux départs en vacances et à la relance du secteur touristique. «Cela mérite au moins un tour de table et je m'étonne du manque de dialogue entre l'État et les sociétés autoroutières pour s'adapter à cette situation exceptionnelle», a-t-elle indiqué, dans un communiqué, mardi.

«C'est du pouvoir d'achat des Français dont il est question, mais aussi de sauver la saison touristique qui est l'un des piliers de l'économie nationale avec près de deux millions d'emplois directs et indirects», a-t-elle rappelé. «C'est pourquoi j'ai écrit le 18 mai aux présidents des sociétés autoroutières afin de leur demander un acte de solidarité nationale en modérant leurs tarifs de péage pour l'été 2020», a-t-elle conclu.

«Pas souhaitable de priver ces sociétés d'une source de revenus»

Il n'est ni réaliste, ni souhaitable d'exiger cet été la gratuité des péages auprès des sociétés d'autoroutes, a répondu le secrétaire d'État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari. «Si Mme Delga veut rembourser le niveau de péages aux sociétés concessionnaires en Occitanie, je l'invite à entrer en contact avec les concessionnaires en question», a-t-il ironisé. Le secrétaire d'État, qui a rappelé que les concessionnaires avaient rendu les péages gratuits pendant la crise sanitaire pour les personnels soignants, a jugé qu'il n'était pas souhaitable de priver ces sociétés d'une source de revenus dans le contexte actuel.

«On a besoin encore des concessionnaires pour faire des investissements assez majeurs», a-t-il estimé, évoquant notamment l'installation de bornes pour véhicules électriques.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion