Coupe Davis – Et si Roger Federer ne la remportait jamais?
Publié

Coupe DavisEt si Roger Federer ne la remportait jamais?

Le Bâlois espère combler un vide dans son palmarès en gagnant enfin la Coupe Davis. La relation entre le n° 2 mondial et la compétition a toujours été compliquée.

Roger Federer va-t-il conjurer le sort et enfin pouvoir lever cette Coupe?

Roger Federer va-t-il conjurer le sort et enfin pouvoir lever cette Coupe?

AFP

Souvent mis de côté au bénéfice des objectifs individuels de Roger Federer, le Saladier d’argent n’a pas vraiment été sa priorité. Jusqu’à ce qu’il ait une occasion d’aller au bout. Car si «RF» s’aligne dans une compétition, c’est pour la gagner. «Je serais vraiment très heureux de pouvoir aider à ramener la Coupe, a-t-il rappelé. Mais je la vois surtout comme quelque chose pour les fans, pour la fédération et pour l’équipe, plutôt que pour moi.» Aujourd’hui, il est à 3 points du succès. Si le Bâlois échouait, le verrait-on quand même comme le plus grand des joueurs? Ses pairs répondent.

«En regardant dans le rétroviseur pour voir ce que Roger a accompli, je ne crois pas que rater un titre en Coupe Davis aurait un très gros impact sur sa carrière. Bien sûr, la remporter a de la valeur à ses yeux. C’est spécial: la seule épreuve par équipe dans un sport individuel. Mais on sait tous à quel point c’est dur de la gagner, parce qu’on ne le fait pas tout seul. Alors il aura sûrement un surplus de motivation pour y arriver. Et on connaît tous la force de Federer dans les finales.»

Cilic: «Juste la cerise sur son gâteau»

«La Coupe Davis, dans le parcours de Roger Federer, ça ne peut représenter qu’un plus s’il la remporte. En aucun cas un moins s’il la perd. S’il triomphe à Lille, c’est un succès fantastique; dans le cas contraire, il aura quand même fait une carrière incroyable. Alors ce trophée peut juste devenir la cerise sur son gâteau.»

Berdych: «Il saura gérer»

«Ce serait plutôt à lui de répondre. La question est de savoir s’il verrait ça comme une occasion manquée ou comme un grand trou dans sa carrière. Chacun vit les choses différemment. Je crois qu’il est dans la meilleure position possible pour y arriver. La transition après le Masters est très difficile. Je l’ai vécue. Ce sont deux événements très rapprochés. Mais Roger et Stan (Wawrinka) sont tous deux très expérimentés. Ils sauront gérer ça.»

Pioline: «Pour marquer l’histoire»

«Roger a un problème de riche, estime l’ex-No 5 mondial. On ne va pas énumérer tous les records qu’il possède ni toutes les lignes qu’il a inscrites à son palmarès, mais il est vrai que pour lui je pense que c’est quelque chose d’important. L’effort qu’il a fourni cette année, le referait-il chaque année? A un moment donné, il veut ajouter le caviar sur le caviar, la cerise sur le gâteau ou peu importe l’expression que vous choisissez. C’est la dernière chose qu’il n’a pas encore gagnée, avec l’or olympique en simple. Il joue pour marquer toujours plus l’histoire du tennis.»

Grosjean: «C’est déjà un ambassadeur»

«Avec tout ce qu’il a déjà apporté à notre sport, à notre communauté, je pense que ça n’enlèverait absolument rien à sa carrière, estime l’ancien No 4 mondial. On le voit déjà plus comme un ambassadeur du tennis et du sport, plutôt que comme un joueur comme les autres. Il représente énormément sur la scène internationale. Je pense par ailleurs que si la France venait à gagner cette Coupe Davis, il y aurait encore une possibilité pour la Suisse l’année prochaine. Si bien sûr Roger décide de s’investir avec Stan Wawrinka.»

(L'essentiel/od)

Le tirage au sort

Stade Pierre-Mauroy, Lille/Villeneuve-d'Ascq.

Coupe Davis, finale (terre battue indoor): France (Jo-Wilfried Tsonga/ATP 12, Gaël Monfils/ATP 19, Julien Benneteau/ATP 25, Richard Gasquet/ATP 26) - Suisse (Roger Federer/ATP 2, Stan Wawrinka/ATP 4, Marco Chiudinelli/ATP 212, Michael Lammer/ATP 508). Vendredi. Dès 14h00: Tsonga-Wawrinka, suivi de Monfils-Federer. Samedi. Dès 15h30: Benneteau-Gasquet/Chiudinelli-Lammer - /. Dimanche. Dès 13h00: Tsonga-Federer, suivi de Monfils-Wawrinka

Ton opinion