C.H.I. – «Être dans l'air du temps, tout en étant classique»

Publié

C.H.I.«Être dans l'air du temps, tout en étant classique»

Le producteur luxembourgeois C.H.I., qui compose pour Youssoupha et Taipan, sort de l’ombre. Interview avec «L'essentiel Online».

L’essentiel: Vous êtes un travailleur de l’ombre, mais les projecteurs sont désormais braqués sur vous…

C.H.I. (producteur): À la base, je fais tout pour rester dans l’ombre. Je fais mon fantôme, on a du mal à m’attraper. Je me concentre sur le travail pour le label Bomayé. Mais ça fait plaisir, il faut le reconnaître.

Comment avez-vous rencontré Youssoupha?

J’avais fait un son sur son premier album en 2006, via Bombattak. Nous avions eu quelques contacts, il me parlait d’ailleurs déjà de Taipan. Nous nous sommes un peu perdus de vue, puis lorsque qu’ils sont venus avec son équipe pour faire «Diez à fond» avec les Bossmen, ils sont restés et ont écouté des sons. Nous avons alors fait le morceau «Les disques de mon père». Et au moment où j’étais à deux doigts d’arrêter la production, mon remix de son morceau «Clash» a été très bien accueilli. Je ne pensais pas rencontrer quelqu’un avec qui je m’entende autant.

Avec Taipan, vous avez une belle complicité…

À la base, on s’engueule souvent (rires). Mais c’est là que l’on sort nos meilleurs titres! Au départ, l’univers de Taipan était plus austère, il a beaucoup travaillé.

Comment a évolué votre statut de beatmaker au fil des ans?

Je viens de l’école à l’ancienne, je travaillais sur MPC. Puis je suis passé, pour différentes raisons, au numérique. Je n’ai pas de règles, comme beaucoup de beatmakers, même si je pars souvent d’un sample. J’ai été un puriste, mais aujourd’hui j’aime tout. Je suis toujours à l’affût, j’écoute tout ce qui sort en rap. En fait, j’aime être dans l’air du temps, tout en gardant un côté classique.

Vous semblez aussi à l’aise avec les samples qu’avec les sons plus électro?

Mon travail est un peu une synthèse entre les deux. J’essaie de volontairement contrebalancer, de ne jamais aller dans un extrême. J’aime tout mélanger.

Quels beatmakers et rappeurs te fascinent aujourd’hui?

Les producteurs de Drake, Noah «40» Shebib, The Weeknd. Je bloque davantage sur des ambiances. Et je reste toujours un très gros fan de Jay-Z!

Recueilli par Cédric Botzung

Ton opinion