Procès en France – «Evidemment que le mobile de Lelandais est sexuel»
Publié

Procès en France«Évidemment que le mobile de Lelandais est sexuel»

Le parquet a requis la réclusion criminelle à perpétuité contre Nordahl Lelandais, qui a admis lors de son procès avoir intentionnellement tué la petite Maëlys, 8 ans.

La justice demande la perpétuité pour Lelandais, pour le meurtre de la petite Maëlys.

La justice demande la perpétuité pour Lelandais, pour le meurtre de la petite Maëlys.

L'avocat général a requis jeudi la peine maximale, la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans, à l'encontre de Nordahl Lelandais pour le meurtre de la petite Maëlys. «Je vous demanderai de déclarer Nordahl Lelandais grand criminel, grand prédateur», a déclaré aux jurés l'avocat général Jacques Dallest dans son réquisitoire, qualifiant l'accusé de «danger social absolu».

«Maëlys a été l'enfant à sa merci, ça aurait pu être un autre enfant. Évidemment que le mobile est sexuel», a-t-il estimé, qualifiant d'homme «sans émotions»l'ancien militaire déjà condamné pour meurtre en 2021. Assis dans son box en chemise claire, l'accusé a esquissé un léger non de la tête au moment où M. Dallest demandait la perpétuité. La plaidoirie de la défense est attendue jeudi après-midi et le verdict vendredi, après trois semaines de débats.

«Cet individu est particulièrement dangereux»

Celui qui aura 39 ans vendredi, est jugé pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys De Araujo, ainsi que pour des agressions sexuelles contre deux petites-cousines alors âgées de 4 et 6 ans, au cours de l'été 2017. Il a été déjà condamné en mai 2021 à vingt ans de réclusion criminelle pour le meurtre d'Arthur Noyer, un jeune chasseur alpin qu'il avait pris en stop une nuit d'avril 2017 à Chambéry. L'avocat de la mère de Maëlys, Me Fabien Rajon avait auparavant déclaré attendre du réquisitoire de l'avocat général «de la lucidité et de la fermeté».

«De la lucidité quant au fait que cet individu est particulièrement dangereux et de la fermeté, non pas dans un esprit de vengeance, mais parce qu'il en va des intérêts de la société», a-t-il expliqué devant la presse jeudi soir. Un peu plus tôt face à la cour, Me Rajon avait souligné dans une longue plaidoirie que si Nordahl Lelandais n'était pas poursuivi pour le viol de Maëlys dans le cadre de ce procès faute de «preuve incontestable», le «mobile sexuel est pour (lui) une évidence».

L'ex-militaire a reconnu au cours du procès avoir tué «volontairement» Maëlys en évoquant un accès de panique et une «hallucination», expliquant avoir vu le visage d'Arthur Noyer sur celui de la fillette. Et il a répété n'avoir jamais eu d'intention sexuelle à son égard. Dans sa plaidoirie, l'avocat a aussi évoqué les facteurs «inquiétants» de la personnalité de l'accusé, sa «dangerosité», et son «manque de recul» sur ses actes.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion