Au Luxembourg - Face à la flambée des carburants, ils font un geste pour leurs clients

Publié

Au Luxembourg Face à la flambée des carburants, ils font un geste pour leurs clients

LUXEMBOURG – Camille et Julien Lucas, propriétaires du restaurant La Villa à Luxembourg, ont enregistré une baisse de fréquentation de leur établissement. Ils ont décidé de réagir.

par
Olivier Loyens
1 / 6
Camille et Julien Lucas, propriétaires du restaurant La Villa à Luxembourg, ont enregistré une baisse de fréquentation de leurs clients à cause de la flambée des prix de l'essence.

Camille et Julien Lucas, propriétaires du restaurant La Villa à Luxembourg, ont enregistré une baisse de fréquentation de leurs clients à cause de la flambée des prix de l'essence.

Vincent Lescaut
Afin de «ne pas subir» cette situation, ils ont décidé de faire un «geste de solidarité» pour leurs clients.

Afin de «ne pas subir» cette situation, ils ont décidé de faire un «geste de solidarité» pour leurs clients.

Vincent Lescaut
Jusqu'à la fin du mois d'avril, leurs clients pourront ainsi profiter d'une remise de 10% sur les deux menus proposés par l'établissement.

Jusqu'à la fin du mois d'avril, leurs clients pourront ainsi profiter d'une remise de 10% sur les deux menus proposés par l'établissement.

Vincent Lescaut

«D'un week-end à l'autre, les clients n'étaient plus là». Camille et Julien Lucas, propriétaires du restaurant La Villa à Luxembourg, pâtissent indirectement de la flambée du prix des carburants. Afin de «ne pas subir» cette situation, ils ont décidé de faire un «geste de solidarité». Jusqu'à la fin du mois d'avril, leurs clients pourront ainsi profiter d'une remise de 10% sur les deux menus proposés par l'établissement.

Le restaurant a la particularité d'être situé… en face d'une station-service. «Lorsque des hausses de carburant sont annoncées, des files de voitures se succèdent à la station, mais notre restaurant est vide, déplore Julien Lucas. En outre, une partie de notre clientèle, qui vient du nord du Luxembourg, de France ou de Belgique, doit faire face à des frais d'essence importants pour venir».

Le couple assure que cette offre ne va pas mettre en péril son entreprise. «Nous ne sommes pas à 10 euros près sur un menu», dit Camille Lucas. Il faut dire que les deux entrepreneurs ont déjà été contraints de faire preuve d'adaptation. Ils ont ainsi lancé leur restaurant juste avant le premier confinement en 2020. Ils n'ont pu démarrer leur activité qu'en juin de la même année.

Ton opinion

56 commentaires