Sécurité – Facebook scanne les conversations suspectes

Publié

SécuritéFacebook scanne les conversations suspectes

Le réseau social utilise un logiciel d’analyse pour traquer les prédateurs sexuels, notamment, et les dénoncer.

Le logiciel d'analyse reconnait les conversations «anormales».

Le logiciel d'analyse reconnait les conversations «anormales».

AFP

L’activité des membres de Facebook dans les discussions privées est passée au peigne fin, révèle Reuters. Le réseau social scanne en effet les conversations de ses membres pour déceler des activités suspectes. Le système utilise des robots surveillant principalement les mots et les phrases pour traquer des échanges dans lesquels des informations personnelles sont données ou qui affichent de la vulgarité. Si quelque chose d’anormal est décelé, le système avertit les employés de la sécurité qui jugeront ensuite s’il est nécessaire d’avertir la police.

Le logiciel prête plus d’attention aux discussions entre les internautes qui n’ont pas de liens bien établis entre eux sur le réseau ou qui affichent une grande différence d’âge, explique l'agence. Le but est évidemment de traquer les prédateurs sexuels, comme dans le cas d’un homme arrêté par les autorités après avoir chatté avec une mineure. «Nous n’avons jamais voulu mettre en place un environnement où nous avons des employés qui regardent des conversations privées. Il est donc vraiment important que nous utilisions une technologie qui ait un très faible taux de faux positifs», explique Joe Sullivan, directeur de la sécurité de Facebook.

On ignore par contre si les scans sont conservés ou éliminés immédiatement par le réseau social.

(L'essentiel Online/man)

Ton opinion