Sondage à Luxembourg – Faire reculer la voiture, «un défi» pour la capitale
Publié

Sondage à LuxembourgFaire reculer la voiture, «un défi» pour la capitale

LUXEMBOURG-VILLE - Les résultats de l'enquête Movilux, qui s'est penchée sur les habitudes de transports dans la capitale, ont été présentés ce mardi.

La moitié des sondés se rendent chaque jour en voiture au travail.

La moitié des sondés se rendent chaque jour en voiture au travail.

Editpress/Isabella Finzi

L'importance de la voiture dans la capitale est incontestable. Si vous allez régulièrement à Luxembourg, ça sonne comme une évidence. Et c'est d'ailleurs le principal constat de l'étude Movilux, dont les résultats ont été présentés ce mardi. «Tout le monde sait qu'il y a un gros problème de mobilité dans la capitale, mais une telle étude permet de chiffrer le problème et de mettre le doigt sur les potentiels à développer», explique Sam Tanson, échevine en charge de la mobilité.

Ainsi, selon cette étude menée auprès de 3 260 personnes (voir encadré), 50% des sondés prennent la voiture tous les jours ou presque pour aller au travail ou à l'école. Lorsqu'ils habitent dans la capitale, ils sont 45% à privilégier la voiture et sont 20% à prendre le bus (contre 11% pour tous les sondés). Pour ce qui est des frontaliers, seuls 38% des Français prennent la voiture pour aller au travail contre 63% des Allemands et 72% des Belges. Parmi ceux qui utilisent le moins les transports alternatifs (bus, train, vélo), on trouve les habitants de la couronne*. «Il y a un gros potentiel d'amélioration dans cette partie du territoire», explique ainsi Lydie Polfer, bourgmestre de la capitale.

Beaucoup d'espoir avec les jeunes

Plus généralement, la voiture est d'autant plus plébiscitée qu'il ressort de ce sondage que 69% des sondés disposent d'une place de parking sur leur lieu de travail. «Pour ceux qui travaillent dans les communes de la couronne, ce chiffre grimpe à 83%. Cela n'encourage pas à choisir un autre mode de transport. L'importance incontestée de la voiture est un défi», souligne Sam Tanson.

Sans surprise, la capitale espère donc développer/améliorer les transports en commun mais aussi «faciliter les déplacements en vélo» (4% des déplacements dans la capitale se font au moins partiellement à vélo) et «développer les pratiques de partage». «Ce sondage montre que Carloh (NDLR: service de carsharing de la capitale) jouit d'une bonne notoriété», a d'ailleurs souligné Charles Margue, directeur d'étude TNS-Ilres.

Enfin, les élus de la capitale espèrent que le tram va fluidifier le trafic de la capitale et fondent beaucoup d'espoir dans les jeunes. «Il faut les encourager à prendre le plus possible le vélo», dixit Sam Tanson. «Et même leur trottinette: en plus c'est à la mode»...

* La couronne de la capitale est constituée des communes suivantes: Leudelange, Hesperange, Bertrange, Strassen, Steinsel, Walferdange, Contern, Niederanven, Sandweiler et Schuttrange.

Sam Tanson, échevine en charge de la mobilité, explique l'utilisation des transports en commun par les travailleurs frontaliers:

(Fatima Rougi/L'essentiel)

Méthodologie de l'enquête

Ce sondage a été réalisé par TNS-Ilres, du 21 avril au 4 mai 2016.

2 233 personnes âgées de 18 à 75 ans ont été interrogées dont 990 résidents de la capitale, 541 habitants de la couronne et 702 résidents du reste du pays. 372 frontaliers actifs et 655 enfants de la capitale ont également été sondés. Ce qui fait un total de 3 260 personnes.

Ton opinion