En Allemagne – «Fautif», le rédacteur en chef de «Bild» limogé

Publié

En Allemagne«Fautif», le rédacteur en chef de «Bild» limogé

Le groupe de presse Axel Springer a annoncé avoir démis de ses fonctions Julian Reichelt, accusé d'avoir eu une relation intime nouée au sein du journal le plus lu du pays.

Julian Reichelt a été démis de ses fonctions.

Julian Reichelt a été démis de ses fonctions.

imago images

«Dans le cadre de récentes investigations de presse, de nouvelles preuves du comportement fautif de Julian Reichelt ont été portées à la connaissance de la société», écrit le groupe, dans un communiqué. Âgé de 41 ans, le journaliste à la tête des rédactions en chef du titre, avait fait l'objet d'une enquête interne en mars en étant notamment soupçonné d'avoir promu des femmes, avec qui il entretenait des relations, avant de les écarter.

Il avait été rétabli dans ses fonctions moins de 15 jours plus tard, en tandem cette fois avec une journaliste. Il avait «admis le mélange de relations professionnelles et privées, mais nié (tout harcèlement) sous serment», avait alors indiqué le groupe. Mais la direction d'Axel Springer dit lundi, avoir «appris que Julian Reichelt ne sépare toujours pas clairement les affaires privées et professionnelles, et qu'il a dit des choses fausses à ce sujet devant le conseil d'administration».

Le journal le plus lu d'Allemagne ne détaille pas les faits précis qui sont reprochés à son puissant rédacteur en chef, figure controversée du monde journalistique. C'est une enquête du New York Times parue dimanche, qui semble avoir précipité la décision du groupe Springer. Selon celle-ci, M. Reichelt a notamment promu à un poste à responsabilités une jeune journaliste avec laquelle il avait une liaison.

«Il les félicitait pour leur travail»

«S'ils découvrent que j'ai une liaison avec une stagiaire, je vais perdre mon emploi», lui avait déclaré Julian Reichelt, en novembre 2016, selon des propos qu'elle a rapportés à la commission d'enquête interne cités par le New York Times. Dans une autre enquête mise en ligne lundi soir, le magazine Spiegel renouvelle les allégations d'abus de pouvoir déjà formulées à l'encontre du journaliste, il y a quelques mois.

Sur la base d'entretiens avec «une demi-douzaine de femmes» et leur entourage ainsi que de centaines de SMS et d'e-mails consultés, le magazine affirme que le rédacteur en chef du tabloïd le plus puissant d'Allemagne «abordait souvent les jeunes femmes de son équipe éditoriale selon le même schéma: il les félicitait pour leur travail, leur confiait des tâches à responsabilité ou les plaçait dans des postes pour lesquels elles n'étaient pas adaptées».

Une partie de la recherche dont rend compte le Spiegel devait être publiée par un collectif de journalistes d'investigation, mais leur éditeur Dirk Ippen, un magnat de la presse allemande, a renoncé à cette parution, causant l'indignation, lundi, des auteurs de l'article. «Nous devons faire très attention à ne pas donner l'impression que nous voulons nuire économiquement à un concurrent», a justifié l'éditeur, affirmant n'avoir subi aucune pression.

Tiré à deux millions d'exemplaires

Julian Reichelt sera remplacé à la tête de Bild par Johannes Boie, jusqu'alors rédacteur en chef de l'hebdomadaire conservateur Welt am Sonntag, autre titre du groupe Springer. Tiré à environ 2 millions d’exemplaires, Bild, créé en 1952, a misé sur les faits divers, les sports et l'actualité des célébrités pour devenir le premier quotidien allemand.

Axel Springer a annoncé en août le rachat du site d'informations américain Politico, l'acquisition la plus importante de son histoire, en lien avec sa stratégie de développement numérique. Dans le cadre de cet ancrage aux États-Unis, «le nouveau propriétaire de Politico ne pouvait se permettre un dommage important à sa réputation», estime le quotidien Handelsblatt pour expliquer l'éviction de Julian Reichelt.

(L'essentiel/afp)

Ton opinion