Science – Feng shui: ce n'est pas qu'un truc à la mode

Publié

ScienceFeng shui: ce n'est pas qu'un truc à la mode

Oubliez idées reçues et bouddha sur l’étagère! Le spécialiste Nicolas Hardy remet la boussole à l’endroit.

Dites feng shui et votre entourage vous regardera avec un air dubitatif, comme si vous aviez intégré une secte ou adopté dragons et jardins zen. Et pourtant. «Cela va au-delà du phénomène de mode apparu en Occident ces vingt dernières années», dit Nicolas Hardy, fondateur de la Wuji Academy, basée sur les hauts de Montreux, en Suisse.

Alors quoi, grand maître? Alors, le feng shui, qui signifie «vent et eau», n’est pas né de la dernière pluie, mais il y a 2500 ans, en Chine. Il s’agit d’une science, au même titre que la médecine. Et, comme en médecine, il y a des symptômes, des remèdes et pas de généralités.
«Chaque cas est unique», insiste Nicolas Hardy. Le lit avec la tête au nord? Tout dépend de la date de naissance de la personne et de la période feng shui (elle change tous les vingt ans; nous sommes sur celle de 2004-2024). Ce qui est bon pour quelqu’un peut être néfaste pour un autre. Pas simple? On est d’accord.

Retenons que les forces extérieures agissent sur les personnes. Ainsi, la porte d’entrée principale ne doit pas faire face à un bâtiment d’importance (appelé «montagne» dans le langage feng shui) sous peine de freiner les énergies. Le maître doit voir de ses yeux le lieu pour l’analyser, entre autres grâce à sa boussole, qui définit vingt-quatre orientations.
Pas de panique si tout paraît négatif, le plus important est de savoir que «dans chaque lieu, il y a toujours un potentiel». Merci Monsieur Hardy!

www.wuji-academy.com

Ton opinion