Crise de la dette – Fitch n'abaissera pas la note de l'Espagne

Publié

Crise de la detteFitch n'abaissera pas la note de l'Espagne

L'agence Fitch ne dégradera pas la note souveraine de l'Espagne si elle demande un sauvetage global de son économie. La pression s'accentue ainsi sur le pays pour qu'il choisisse cette option.

L'agence de notation Fitch ne baisserait pas la note de l'Espagne si elle faisait appel au Fonds de stabilité financière et au Mécanisme européen de stabilité.

L'agence de notation Fitch ne baisserait pas la note de l'Espagne si elle faisait appel au Fonds de stabilité financière et au Mécanisme européen de stabilité.

AFP

L'Espagne, à qui la zone euro a déjà promis en juin une aide de jusqu'à 100 milliards d'euros pour ses banques, fragilisées par l'éclatement de la bulle immobilière, pourrait être amenée cet automne à demander un sauvetage plus large pour son économie, via une action de la Banque centrale européenne (BCE). «Une demande du gouvernement espagnol pour un soutien financier supplémentaire auprès du Fonds de stabilité financière (FESF) et du Mécanisme européen de stabilité (MES), sous la forme d'achats de dette souveraine espagnole sur le marché primaire et/ou secondaire, n'entraînerait pas d'action négative sur la note de la part de Fitch», a indiqué cette dernière vendredi.

Un tel soutien du FESF et du MES, «surtout s'il était accompagné par des achats sur le marché secondaire par la BCE, réduirait significativement le risque d'une crise de liquidité et aiderait le gouvernement espagnol à garder un accès abordable au financement du marché et à réduire la pression sur sa note souveraine», observe Fitch.

Mercredi, l'agence Standard & Poor's avait elle aussi affirmé que, si l'Espagne demandait un sauvetage global de son économie auprès de l'Union européenne ou du FMI, cela n'aurait pas d'impact direct sur sa note souveraine (BBB). La pression monte sur le pays pour qu'il sollicite un sauvetage financier plus large: la banque Goldman Sachs a estimé mercredi que la quatrième économie de la zone euro devrait faire sa demande au plus tôt mi-septembre, attendant d'abord de connaître le soutien proposé par la BCE.

(L'essentiel Online/ats)

Ton opinion