Foot et malbouffe – Football et Kinder font-ils bon ménage?

Publié

Foot et malbouffeFootball et Kinder font-ils bon ménage?

La Fédération luxembourgeoise de football (FLF) défend son sponsor, Kinder, alors qu’une association allemande appelle les autorités à cesser leurs partenariats avec les acteurs de la «malbouffe».

La FLF est sponsorisée par Kinder. (editpress)

La FLF est sponsorisée par Kinder. (editpress)

«L'industrie de la malbouffe n'est pas un partenaire adéquat pour l'État, les écoles et les associations sportives comme la Fédération allemande de football (DFB)», écrit Foodwatch, association allemande, qui milite pour une alimentation plus saine et plus contrôlée, et publie mardi une étude sur le comportement de consommation des jeunes. Les joueurs de l'équipe nationale allemande de football ont longtemps participé à des spots télévisés pour Nutella, tandis que McDonald's et Coca-Cola font partie des partenaires publicitaires de la fédération.

Les deux géants américains de l'alimentaire sont, au même titre que PepsiCo, Mars ou encore Ferrero, dans le collimateur de Foodwatch pour leurs «stratégies perfides» de marketing à l'égard des enfants et des jeunes. «L'industrie veut programmer les enfants dès le plus jeune âge à la malbouffe», dénonce Anne Markwardt, de Foodwatch. «L'industrie alimentaire doit prendre ses responsabilités» en produisant «de la nourriture pour enfants équilibrée», et non avec «des initiatives pour bouger ou des conseils d'alimentations dispensés dans les écoles», dénoncés par Foodwatch comme autant de «mesures de relation publique à caractère d'alibi».

Ferrero avec la FLF

L'association réclame que pour les produits malsains, trop gras et trop sucrés et qui représentent selon elle 73,3% des produits destinés aux enfants disponibles sur le marché, la publicité avec «des personnages de dessins animés, des jouets en cadeau, des jeux-concours et des vedettes», soit bannie.

Au Luxembourg, la Fédération luxembourgeois de football (FLF) travaille en étroite collaboration avec la marque Kinder, de l'Italien Ferrero, et ne voit pas vraiment le problème: «Cela n’a rien de répréhensible en soi», explique Joël Wolff, secrétaire général de la FLF, contacté par L’essentiel Online. «On fait attention aux choix de nos sponsors et on suit toujours des principes éthiques». Ainsi, souligne la FLF, les partenariats avec des producteurs d’alcool ou de tabac sont exclus. Ce qui est important pour le sponsoring, «c’est l’engagement du partenaire, surtout vis-à-vis du monde amateur».

SB/L'essentiel Online avec AFP

Ton opinion