INSEP – François Hollande en plein dans le mille

Publié

INSEPFrançois Hollande en plein dans le mille

Lors d’une visite à l'Institut national du sport français (Insep) à quelques jours du début des JO de Londres, le président s’est essayé au tir à l’arc, avec brio.

Le président François Hollande a rendu visite lundi, aux sportifs français se préparant pour les Jeux olympiques de Londres, à l'Institut national du sport français. Il en a profité pour s'initier au tir à l'arc et décocher sa deuxième flèche dans le centre de la cible.

François Hollande a aussi indiqué qu'il ferait en sorte que la fiscalité sur les primes des champions sportifs médaillés soit «lissée sur plusieurs années». Lors d'un point de presse à l'issue de sa visite, M. Hollande a jugé «légitime qu'il y ait des primes versées aux champions» des disciplines olympiques ou du sport non professionnel. «Elles témoignent de la reconnaissance que la République doit accorder à des champions qui ont réussi des performances», a-t-il souligné à quelque jours des Jeux olympiques de Londres (27 juillet au 12 août).

Fiscalité lissée

À propos de la fiscalisation «il y a deux ans» de ces récompenses, M. Hollande a dit qu'il ferait en sorte «d'appliquer toutes les dispositions les plus favorables» aux sportifs «qui ont été champions olympiques, médaille d'or médaille d'argent, médaille de bronze». «Je ferai en sorte que la fiscalité soit lissée sur plusieurs années puisque par définition ces primes sont exceptionnelles», a-t-il dit. «Nous devons veiller à ce qu'il y ait des récompenses mais que l'argent n'envahisse pas tout», a expliqué le chef de l’État.

À propos du salaire très élevé de certaines recrues de clubs de football français, M. Hollande a estimé qu'il y avait «des équipes qui arrivent à gagner, y compris dans le sport professionnel, sans avoir nécessairement des rémunérations très importantes». Il a cité à cet égard l'équipe de Montpellier.

Une popularité en baisse

Malgré la liesse déclenchée sur les Champs-Élysées à l'occasion du défilé du 14 juillet, la cote de popularité de François Hollande s'est effritée en juillet, à 53% d'opinions favorables (-5 points), tandis que celle du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, reste stable à 56%, selon un sondage LH2 pour Le Nouvel Observateur diffusé lundi.

(L'essentiel Online/cga/afp)

Ton opinion