Agression aux Pays-Bas – Frappé, l'arbitre se trouve en état de mort clinique
Publié

Agression aux Pays-BasFrappé, l'arbitre se trouve en état de mort clinique

Un homme en noir, agressé dimanche par des adolescents d'une équipe de football d'Amsterdam, se trouve dans un état de mort clinique, a annoncé lundi la police néerlandaise.

«Il est dans un état de mort clinique», a déclaré Bernhard Jens, un porte-parole de la police locale, sans plus de précisions. À la suite d'une rencontre de jeunes lors de laquelle il avait officié comme arbitre de touche, un Néerlandais de 41 ans avait été agressé par des adolescents de l'équipe visiteuse, sv Nieuw Sloten, qui venait de jouer une rencontre amateur contre le SC Buitenboys. Directement après le coup de sifflet final, les adolescents, âgés de 15 et 16 ans, ont frappé l'arbitre de touche au visage alors qu'il était au sol. Il avait déjà été insulté à plusieurs reprises lors de la rencontre, selon les médias néerlandais.

Quelques heures après l'agression, l'homme a été «pris d'un malaise» et emmené à l'hôpital, selon un communiqué de la police. Trois adolescents du sv Nieuw Sloten ont été interpellés à leur domicile dans la nuit de dimanche à lundi. Ils ont été également exclus de leur club, qui a, en outre, décidé de se retirer de la compétition, selon l'agence de presse ANP.

15-16 ans, l'âge critique selon les statistiques

La ministre des Sports Edith Schippers, choquée, avait qualifié les faits «d'absolument horribles» dès lundi matin, avant que la mort de l'arbitre de touche n'ait été annoncée. «Cela n'a plus rien à voir avec le sport et ne peut être toléré d'aucune manière», a-t-elle ajouté, citée par la télévision publique néerlandaise. Elle a assuré que la «Fédération néerlandaise de football (KNVB) et la justice réagiront de manière très dure à ce genre de comportement».

La KNVB a, elle aussi, condamné cette agression, soutenant cependant que «contre de tels individus qui peuvent dérailler à tout moment sur un terrain de football parce que quelque chose ou quelqu'un ne leur plaît pas, il n'y a rien à faire», selon un porte-parole. «Les chiffres montrent que la plupart des incidents dans le football chez les jeunes se produisent justement dans cette catégorie d'âge», a souligné la même source, citée par l'agence de presse ANP.

(L'essentiel Online/AFP)

Ton opinion