Affaire Bommeleeër – Frieden, encore crédible comme ministre?

Publié

Affaire BommeleeërFrieden, encore crédible comme ministre?

LUXEMBOURG - Les agissements de Luc Frieden rendraient-ils impossible son maintien au poste de ministre des Finances, si les
accusations du procureur général d'État s'avèrent justifiées?

Les accusations du procureur général d'État, Robert Biever, pèsent lourd sur Luc Frieden.

Les accusations du procureur général d'État, Robert Biever, pèsent lourd sur Luc Frieden.

Editpress

Le comportement de Luc Frieden, ministre des Finances (CSV) serait-il incompatible avec une poursuite de ses activités au sein du gouvernement? En tout cas, l'étau se resserre autour de lui et Robert Biever, procureur général d'État, n'en démord pas: Frieden, alors ministre de la Justice, aurait tenté de l'influencer afin qu'il ne poursuive pas ses enquêtes dans l'affaire Bommeleeër.

C'est ce qu'il a par ailleurs répété devant la commission juridique de la Chambre, vendredi matin. Doris Woltz, juge d'instruction de l'époque, a par ailleurs renforcé les propos de Biever en indiquant qu'elle avait été approchée par Frieden. Elle a par ailleurs expliqué qu’elle se serait attendu à davantage de soutien de la part du Ministre.

Frieden ne nie pas, affirme Gibéryen

Sur demande des groupes parlementaires DP et Déi Gréng, M.Frieden a également été interrogé mais a campé sur ses positions. Selon un communiqué de la Chambre des députés, il a expliqué que «beaucoup de citoyens se posaient des questions à propos de l'enquête et qu'il n’a jamais été dans ses intentions de décourager la justice à faire son travail».

Si Frieden n'a pas confirmé les faits, il ne les nie pas non plus, comme le note Gast Gibéryen (ADR) dans une interview avec RTL. Et effectivement le ministre n'a pas tout démenti mais plutôt essayé de nuancer les propos de Biever. Frieden affirme s'être renseigné sur le déroulement de l'enquête et d'avoir voulu savoir quand est-ce qu'elle allait se terminer. Pour le procureur général le ton était bien différent, et surtout, Frieden n'aurait pas cessé ces interrogations et véritablement tenté de faire pression sur le procureur pour qu'il lâche le dossier.

En tout cas, Gast Gibéryen et François Bausch (Déi Gréng) sont unanimes sur la question: si les déclarations sont vraies, Frieden devrait démissionner. Des déclarations d'autant plus choquantes, étant donné qu'elle interviennent dans un climat d’incertitudes autour du SREL et qu'il est apparu cette semaine que le service des renseignements avait commandité un détective privé pour surveiller à la fois les enquêteurs et la justice et de suivre de près leur avancement dans le dossier du poseur de bombes.

(L'essentiel Online)

Ton opinion