Boycott du bac au Luxembourg – «Gardez le silence et n’entrez pas dans la salle»
Publié

Boycott du bac au Luxembourg«Gardez le silence et n’entrez pas dans la salle»

LUXEMBOURG - Ce week-end, l'intersyndicale des enseignants Sew-OGBL, Apess et Feduse a transmis aux professeurs du secondaire des consignes pour boycotter les examens des classes terminales.

Passer le bac sans professeurs? Les syndicats semblent prêts à aller jusqu'au bout.

Passer le bac sans professeurs? Les syndicats semblent prêts à aller jusqu'au bout.

dr

Les syndicats des enseignants enfoncent le clou dans le conflit qui les oppose au gouvernement. Les organisations Apess, Feduse et Sew-OGBL ont publié ce week-end un communiqué qui détaille comment les professeurs doivent se comporter face à la commission des examens, chargée de l'organisation des épreuves du bac et de laquelle 1 500 enseignants du secondaire ont démissionné mi-décembre, pour protester contre la politique d'économie du gouvernement.

Les trois syndicats proposent à leurs membres des consignes précises et «parfaitement légales», soulignent-ils dans leur communiqué.
«Soyez tous présents à l’heure de la réunion préliminaire de votre commission.»
«Gardez le silence et n’entrez pas dans la salle de réunion.»
«Après l’arrivée de la/du commissaire, restez à l’extérieur de la salle pour quelques minutes supplémentaires.»
«Désignez un des représentants des syndicats ou du comité des enseignants de votre lycée pour lire le communiqué (...) Entrez unis et sous silence dans la salle et lisez le communiqué à haute voix.»
«Installez-vous ou restez debout.»

Fin décembre, le ministre de l'Éducation nationale Claude Meisch (DP) s'était dit confiant quant au bon déroulement des examens de fin d'année. Pour lui, peu de professeurs seraient prêts à réellement boycotter les examens. «Si les enseignants venaient à persister, leur démarche serait alors considérée comme un refus de travail. Ils s'exposeraient à des sanctions disciplinaires comme le prévoit la loi», avait-il précisé.

(L'essentiel)

Économies «sur le dos des enseignants»

Les enseignants se plaignent de la volonté du gouvernement d’appliquer un coefficient réducteur pour les professeurs des classes ayant des examens à préparer, ces dernières ayant de fait moins d’heures de cours. Selon l’intersyndicale (Apess, Sew-OGBL et Feduse) cette mesure a «pour seul objectif de faire des économies sur le dos des enseignants et de la qualité de l’école publique».

Ton opinion